Immigration : Hugo Chavez menace de ne plus vendre de pétrole aux pays européens appliquant de nouvelles règles

Publié le par La Presse Canadienne

CARACAS, Venezuela — Le président vénézuélien Hugo Chavez menace de ne plus vendre de pétrole aux pays européens qui appliquent de nouvelles règles, plus strictes, concernant l'expulsion d'immigrants illégaux.

M. Chavez a également dit que le Venezuela bloquerait les investissements de telles nations. Dans une intervention télévisée, il a souligné jeudi que la politique approuvée par les parlementaires de l'UE montrait "des signes de fascisme".

Le président vénézuélien a ajouté que "notre pétrole ne devrait pas aller à ces pays" qui appliquent de tels règlements.

Le Venezuela vend la majorité de son pétrole aux Etats-Unis, malgré les tensions politiques entre les deux pays, et ne représente qu'une faible part des importations énergétiques européennes.

Hugo Chavez a prévenu que "si des pays européens commencent à appliquer (cette loi) et à envoyer des Colombiens, des Paraguayens, des Boliviens, des Equatoriens, en prison, nous allons établir notre propre liste de sociétés de ce pays qui ont investi au Venezuela". Quelques compagnies pétrolières européennes comme le français Total sont présents dans ce pays d'Amérique latine.

"Nous n'allons prendre personne en otage, mais l'entreprise de ce pays devra retirer ses investissements", a mis en garde le chef d'Etat.

Le Parlement européen a adopté mercredi la directive dite du "retour", qui dote l'Union européenne de lois communes en matière d'expulsion de clandestins et permet notamment aux gouvernements des 27 Etats-membres de maintenir les immigrants illégaux dans des centres de détention pendant 18 mois avant de les expulser.

Notant que le Venezuela entretenait de bons rapports avec nombre de pays européens, comme la France, Hugo Chavez s'est néanmoins interrogé: si l'Europe continue sur cette voie dans le domaine de l'immigration, "pourquoi continuer à participer à des sommets avec l'Union européenne?".

Publié dans DROITS DE L'HOMME

Commenter cet article