Déclaration n°15/08 condamnant les reports incessants de la fête des mères et l'étouffement des rejouissances populaires

Publié le par Olivier GABIRAULT

L’ALLIANCE POUR LA DEMOCRATIE ET LE PROGRES (ADP) note avec inquiétude que la République Centrafricaine devient de plus en plus un pays où la désolation n’épargne aucun domaine, où rien n’est pris au sérieux, dont les dirigeants ne tiennent compte d’aucune opinion, et se comportent comme n’ayant aucun compte à rendre.

L’ADP constate que le pouvoir accorde plus d’attention  et du temps à d’incessantes cérémonies de louanges politiques pour se consoler et faire de la pure diversion que pour s’attaquer véritablement aux problèmes  profonds, récurrents de la vie de la population.

L’ADP estime qu’un pouvoir responsable, soucieux du bien-être du peuple, devrait comprendre que la population ne doit pas être maintenue continuellement dans un climat stressant  de morosité,  de déception, de tristesse, de désespoir, créé par la mauvaise gouvernance, mais lui donner au moins, de temps en temps l’occasion de se défouler, de se réjouir.

L’ADP se souvient avec douleur que  même si les fêtes de Noël et  du Nouvel an  n’ont pas été reportées (le pouvoir étant capable de tout), les salaires n’avaient  pas pour autant  été payés pour permettre aux Centrafricains d’offrir des jouets à leurs enfants et surtout se retrouver à cette occasion exceptionnelle, autour d’un repas de famille pour des réjouissances de circonstance.

Par ailleurs, la Fête des Mères pourtant universelle et figurant parmi celles les plus célébrées dans le pays  après Noël et le Nouvel an, connaît plusieurs  reports à des dates choisies par le Gouvernement, toujours pour des salaires non payés, faisant de la République Centrafricaine  un pays véritablement à part.

Tout cela constitue incontestablement des signes visibles, perceptibles par la population elle-même de l’insouciance, de l’incapacité du pouvoir même pour un minimum de prévision, ce qui justifie d’ailleurs pleinement  la situation de désolation générale du pays.

L’ADP déplore le fait que non seulement les dirigeants reportent la fête, mais le font juste à quelques jours de la date universellement fixée, étouffant  ainsi les réjouissances, tout en occasionnant des dépenses supplémentaires aux Mères qui, dans un contexte aussi difficile, se sont endettées et en ont surtout terminé les préparatifs.

L’ADP condamne la carence du pouvoir qui porte doublement préjudice à l’occasion d’une fête qui, au lieu de procurer la joie, crée  au contraire de la déception, des soucis financiers et de la tristesse au sein de la population.

L’ADP condamne par ailleurs toute campagne d’abrutissement de la population, consistant à présenter le paiement d’un mois de salaire sur une cinquantaine comme un geste de faveur, de bienveillance du pouvoir à l’occasion de cette même fête, pour étouffer une situation éhontée.

 

                                  Fait à BANGUI LE 02 JUIN 2008

 

                                         Le Président National

Emmanuel Olivier GABIRAULT

Publié dans LES COMMUNIQUES

Commenter cet article