Rca : Ziguelé reconnu par le tribunal comme chef du parti créé par Patassé

Publié le par Xinhuanet

YAOUNDE, 4 juin (Xinhua) -- L'ancien premier ministre  centrafricain Martin Ziguelé reste officiellement le président du  Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC), parti créé par l'ancien président Ange Félix Passe, selon une décision  annoncée mercredi par le tribunal de Grande Instance de Bangui. 

     "C'est le verdict d'une longue bataille de légitimité, d'une  longue bataille judiciaire et aujourd'hui c'est un nouveau départ  la fin de toutes ces luttes partisanes", a déclaré M. Ziguelé, en  procès pour sa légitimité sur le MPLC depuis 2007 contre des  partisans fidèles à l'ex-président centrafricain.  

     Elu en juin 2007 lors d'un congrès extraordinaire, M. Ziguelé a été accusé par les caciques de l'ex parti au pouvoir d'usurpation. Des militants fidèles à M. Patassé avaient réclamé l'annulation  dudit congrès.  

     Pour Luc Appolinaire Dokombaye, ancien président du Parlement  centrafricain à l'époque de Patassé, la décision du tribunal est  plus politique que judiciaire.  

     "Il n'y a rien de judiciaire la-dedans, nous savons que c'est  une longue concertation politique car derrière cette affaire il y  a le nom du président Patassé", a-t-il dit.  

     "Les autorités de Bangui ne veulent pas que Patassé participe  au dialogue politique en tant que président du MLPC, l'une des  composantes essentielles de la vie politiques de ce pays. Nous ne  pouvons pas l'accepter parce que c'est un hold up, nous ne pouvons pas accepter cela", a-t-il conclu.  

     Le MLPC se trouve aujourd'hui dans le camp de l'opposition. Les partisans fidèles à l'ex président exigent que leur chef  historique participe au dialogue national inclusif prévue dans le  pays au cours de ce mois en tant que chef de leur parti.  

     M. Patassé, actuellement en exile, a été chassé du pouvoir en  2003 par son chef d'état major des armées le général François  Bozizé après 10 ans de règne.

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article