Bulletin d'Information Humanitaire République Centrafricaine (RCA) 26 mai - 02 juin 2008

Publié le par Reliefweb

Points saillants

- Un nouveau camp pour 9.526 réfugiés centrafricains à Moula dans le sud du Tchad

- AMI lutte contre le SIDA à Ndélé

- Mission de la Représentante Spéciale des Nations Unies pour les enfants et les conflits armés du 27 au 31 mai.

Contexte et sécurité

120 soldats camerounais pour la FOMUC

Un contingent de 120 soldats camerounais est arrivé à Bangui afin de joindre la base de la Force Multinationale en Centrafrique (FOMUC) à Paoua au nord-ouest de la République Centrafricaine (RCA). Une cérémonie d’accueil du contingent s’est déroulée le 29 mai dans la capitale en présence du Ministre Délégué à la Défense, Francis Bozizé.

La FOMUC a été mandatée par la Communauté Economique et Monétaire d’Afrique Centrale (CEMAC) pour assurer l’appui à la sécurité en Centrafrique. Créée en octobre 200, la FOMUC est majoritairement composée de soldats congolais, tchadiens et gabonais.

Actualités

Nouveau camp pour réfugiés centrafricains

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a commencé le transfert de 9.526 réfugiés centrafricains récemment arrivés au Tchad dans un nouveau camp dans le sud du pays avant la saison des pluies qui débutera mi-juin et qui rendra les routes impraticables.

Les réfugiés seront transférés dans un centre de transit situé à 25 km de la frontière entre le Tchad et la République centrafricaine à Moula, une région située à 150 km à l'intérieur du pays.

Cette dernière vague de réfugiés est arrivée dans le sud du Tchad entre janvier et mars de cette année, fuyant la violence, surtout perpétrée par les bandits armés, dans le nord de la RCA. Beaucoup d’entre eux ont déclaré que leurs villages ont été brulés, pillés et que des habitants ont été tués. Des petits groupes de réfugiés continuent à traverser la frontière. Le UNHCR a installé cinq camps dans le sud du Tchad pour abriter 56.000 réfugiés centrafricains.

1.100 passagers pour les vols humanitaires

Entre le 1 janvier et le 31 mai de cette année le Service aérien humanitaire des Nations Unies (UNHAS) a transporté plus de 1.100 personnes et 23 tonnes de fret. Quarante organisations humanitaires font appel au service qui dessert 15 destinations, toutes dans le nord du pays.

Bien qu’un million de personnes soient affectées par la crise dans ces zones, la majorité des destinations sont difficiles à joindre par la route, à cause de l’insécurité ou de l’état abominable des infrastructures routières. En plus, en saison de pluie, les inondations et l’absence de ponts rendent la région du nord quasiment inaccessible, sauf par avion humanitaire.

Le 1 mai, UNHAS a remplacé un des deux avions de petite capacité par un LET410 ayant une capacité pouvant accueillir 19 passagers ou deux tonnes de fret en fonction de la destination.

UNHAS est financé par le Fonds central de réponse aux urgences (CERF) et son équivalent local (ERF) jusqu’à la fin du mois de juin. De nouveaux financements seront requis pour assurer la continuation des vols à partir de juillet.

Pour en savoir plus : unhas.car@wfp.org

La lutte contre le SIDA à Ndélé

L’ONG Aide Médicale Internationale (AMI) exécute deux projets dans la préfecture de Bamingui Bangoran, au nord-est de la RCA depuis avril 2007 afin de rétablir l’accès aux soins de santé primaire et l’accès à l’information sur le VIH/SIDA.

Le taux de prévalence du VIH a atteint le niveau alarmant de 10,7% pour les adultes en général et même 15,1% pour les femmes dans la préfecture. Par ailleurs, aucune structure d’accueil, de dépistage ou de prise en charge des personnes affectées n’y est fonctionnelle.

Dans le cadre de la lutte contre le SIDA, AMI, en partenariat avec le Comité National de Lutte contre le VIH/SIDA (CNLS) et le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) a réalisé un diagnostic de l’état des connaissances, des comportements et des réponses locales à la maladie. Ensuite, depuis le début 2008, 10 villages près de Ndélé et la ville ellemême font l’objet d’une sensibilisation sur le VIH/SIDA destinée principalement aux jeunes et aux femmes.

AMI renforce aussi les capacités des matrones et des infirmiers de trois centres de santé et de huit postes de santé, notamment sur la question de la prévention de la transmission parent-enfant du VIH. En outre, AMI a procédé à la sensibilisation et à la formation des membres des comités en charge de la gestion sanitaire des populations afin qu’ils jouent le rôle de relais d’information au sein de chaque village ciblé.

En dernier lieu, les capacités des pairs éducateurs identifiés au sein des associations actives dans la lutte contre le VIH/SIDA des 10 villages et de Ndélé ont été renforcées et chaque association a été dotée de matériels didactiques et de préservatifs. Bien que le projet arrive à son terme à la fin juin, AMI souhaite pouvoir assurer le continuum indispensable des activités entreprises en touchant l’ensemble de la préfecture.

Pour en savoir plus : ndele.vih.sat@amifrance.org



Rapport_complet (pdf* format - 196,5 Kbytes)
Find more information on http://www.hdptcar.net/blog/

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article