CENTRAFRIQUE - UNIVERSITE : LES ETUDIANTS TOUJOURS EN ATTENTE DU VERSEMENT DE LEUR BOURSE

Publié le par LE CONFIDENT

UNIVERSITE DE BANGUI : LES ETUDIANTS MAINTIENNENT LA PRESSION


Encore une fois de plus, l'on peut sans risque de se tromper affirmer que la République Centrafricaine est un Etat de non droit tant, il est fréquent que les revendications même légitimes soient souvent faites dans la rue et avec pression pour que le gouvernement s'exécute.
 C'est du moins la situation qu'ont vécu les étudiants de l'Université de Bangui, le samedi dernier.

En effet, à l'expiration du délai de préavis de grève déposée par l'Association Nationale des Étudiants Centrafricains (ANECA), le gouvernement, par le canal du Ministre de tutelle Armel Doubane qui a reçu les membres dudit bureau, les a rassuré du versement de deux mois de bourses, vu les difficultés de trésorerie que traverse le pays.

Très rapidement, cette nouvelle a fait le tour de la ville et a de surcroît été médiatisée comme d'habitude par le gouvernement qui voit là, une occasion de marquer des points avant la Rentrée Universitaire prévue pour ce jour et à laquelle devait prendre part le Président de la République.

Le samedi dernier, alors qu'ils étaient nombreux à attendre la perception de ces deux mois de bourses, grande a été leur surprise d'entendre qu'un seul mois de bourses était disponible. Cette information, a soulevé le mécontentement des étudiants qui ont convoquée d'urgence une Assemblée Générale extraordinaire et à l'unanimité, ils ont refusé cette proposition, décidant par la même occasion de mener des actions.

C'est ainsi que l'Avenue des Martyrs a rapidement fait l'objet de barricade. La Police anti émeute arrivée sur les lieux n'a fait que dégager la voie avant de se retirer. Pour une deuxième fois qu'elle est revenue, les éléments de la police anti émeute ont dû utiliser des gaz lacrymogènes et des tirs à balles réelles pour disperser les étudiants.
Selon les étudiants, la Rentrée Universitaire ne peut être effective que si seulement si les deux mois de bourses leur sont payés par le gouvernement.

Cette attitude du gouvernement est à déplorer tant le Général Président et tous les hommes politiques de notre pays n'ont cessé de clamer haut et fort que la jeunesse constitue l'avenir de ce pays. Un refrain qui a toujours fredonné et qui nous est désormais familier. La grève des étudiants de l'Université de Bangui intervient après celle des étudiants centrafricains en Russie et du Congo Brazzaville.

Messieurs Bozizé, Doté et Dabanga, de grâce prenez vos responsabilités en payant à ces pauvres étudiants leur dû et la situation pourra probablement être décanter.

Lundi 27 Février 2006
Fleury - K
Lu 80 fois

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article