Ouverture à Dakar des assises nationales sur la «crise» du Sénégal

Publié le par Apa

APA-Dakar (Sénégal) Des centaines de personnes ont assisté dimanche à l’ouverture des assises nationales sénégalaises dans la capitale Dakar en présence d’une dizaine de membres du corps diplomatique notamment européens, a constaté APA.

Ces assises sont initiées par l’opposition sénégalaise regroupée au sein du Front "Siggil Sénégal (Sauver le Sénégal).

Les travaux vont porter sur une quinzaine de thèmes dont entre autres, la bonne gouvernance (politique, économique et sociale), le monde rural et le secteur primaire en général, l’éducation, la santé, la jeunesse et l’emploi, les questions de genre.

Le Forum vise, selon ses initiateurs, à «trouver une solution consensuelle globale, efficace, et durable à la grave crise multidimensionnelle –éthique, politique, économique, sociale et culturelle- qui sévit dans le pays ».

«Ces assises ne sont pas conçues comme une conférence nationale déguisée. Il ne s’agit pas non plus d’une entreprise de subversion, ni d’un complot », ont averti les organisateurs.

Les travaux sont prévus pour durer entre trois et six mois, au cours desquels, seront organisées des pré-consultations des citoyens dans les 35 départements administratifs du pays

«Ces assises ne sont fermées à personnes et ne sont dirigées contre personne », a précisé le président des assises, Amadou Maktar Mbow faisant allusion au parti au pouvoir qui a demandé à ses partisans de ne pas participer aux travaux.

Vendredi, le président sénégalais Abdoulaye Wade déclarait qu’il ne dialoguera pas avec l’opposition, organisatrice des assises tant qu’elle refusera de le reconnaitre comme président de la République réélu à l’issue de la présidentielle de février 2007.

«Je demande à tous ceux qui sont avec moi de ne pas y aller parce que c’est une opération anticonstitutionnelle dont l’objectif est de renverser le pouvoir », avait dit le président Wade.

M. Mbow, ancien directeur général de l’UNESCO et figure de proue de la société civile sénégalaise, a déploré le fait « qu’après cinquante ans d’indépendance plus de 50% des ménages sénégalais vivent en dessous du seuil de pauvreté ».

Selon lui, 40% des ménages qui sont les plus pauvres partagent 17% de l’ensemble des revenus, ce qui, ajoute-t-il, souligne assez la détresse des plus démunis.

Les résultats des assises seront utilisés par « tout Sénégalais qui le souhaite », a indiqué M. Mbow en conclusion de se son discours prononcé devant un auditoire attentif à l’ouverture.

Les assises nationales, initiées par le Front Siggil Sénégal, réunissent, quelque 80 partis, syndicats, organisations de la société civile et mouvements religieux, pour réfléchir, pendant des mois, sur la situation du Sénégal.

 
AFT/mn/APA

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article