CENTRAFRIQUE - REBELLION ARMEE : COMMUNIQUE DE L'U.F.R

Publié le par ALWIHDA

L’Union des Forces Républicaines (UFR) de Centrafrique (CP)
(Alwihda 26/02/2006)


NAISSANCE DE L'UFR: INTERVIEW EXCLUSIVE DU Lt F. FLORIAN BEDAYA NDJADDERL’Union des Forces Républicaines (UFR) de Centrafrique, porte à
la connaissance du peuple Centrafricaine et de la communauté internationale
ce qui suit : Notre objectif reste et demeure le rétablissement de la PAIX
sur toute l’étendue du territoire centrafricain.

Depuis un certains temps et devant l’incapacité de l’Etat
centrafricain (Etat-faillit) à prendre en charge la population qu’il prétend
défendre et sécuriser sous le régime de F.BOZIZE,l’heure est grave et à
notre sens l’objectif principale étant le départ par tout les moyens despote
F. BOZIZE de ce fait tout le Peuple Centrafricain devraient conjugués leur
synergie sans pour autant perdre toute notre identité culturelles,
politiques dans le but de contribuer à l’émergence d’un consensus politique
nationale.F.BOZIZE est passé maître dans l’art de la manipulation et du
monsonge au peuple ; et face aux ex-rebelles, source d’insécurité permanente
dont il est incapable de les neutraliser en sa double qualité de chef
suprême de l’Armée et ministre de la défense Nationale. Conséquence, plus de
quarante (40.000) mille réfugiés au sud du Tchad, tous originaire de la
préfecture de l’Ouham et de l’Ouham-Péndé. Malgré la situation politique,
sociale et économique que connaît le peuple centrafricain, le régime
dictatorial et tribal en place continue de tromper l’opinion nationale et
internationale pour couvrir la situation dramatique et amère. Le régime
clanique de BOZIZE définitivement aux abois, recherche désespérément un
bouc émissaire , pour justifier son échec lamentable en dépit des multiples
soutien de pays amis, parrains de l’extérieurs.
-Vu les tentions persistantes dans la capitale et la sous
préfecture de Paoua ,
- Vu la violation des textes nationaux et internationaux qui
garanti et assure la protection des droits de l’homme,
-Vu la violation de la Chartre Africaine de droit de l’homme et
de peuple,
- Vu le génocide, crimes contre l’humanité dans le Nord de la
république
centrafricaine ; en particulier à Paoua. Notons que ce génocide gratuit vise
à exterminer les population de l’Ouham-Péndé.

En gouvernant par la force des armes et avec leur clan depuis
trois ans, fermant la porte à tout dialogue politique avec les
centrafricains opprimés et désabusés ; de ce fait F. BOZIZE ne nous laisse
d’autre alternative que la violence. Néant moins, l’UFR demeure optimiste
qu’avec la diplomatie une solution stable et définitive sera trouvé dans
les prochaines jours.
De tout ce qui précède, l’objectif de l’UFR reste et demeure le
rétablissement de la PAIX, de la SECURITE, sur tout l’étendu du territoire
centrafricain et l’ouverture d’une commission tripartite placée sous l’égide
conjuguée de l’Union Africaine, l’Union Européenne, et de l’opposition
centrafricaine.
L’UFR se joint à l’appel lancé par les trois députés de Paoua pour
demande aux organismes non gouvernementales spécialisées pour prendre des
mesures d’urgence qui s’imposent afin d’éviter une catastrophe humanitaire
dans les localités de Paoua.

I- CAUSE DE L’UNION DES FORCES REPUBLICAINES.

L’Union des Forces Républicaines (UFR) de Centrafrique est née le
25 Décembre 2005 suite à la situation politique et sociale en République
Centrafricaines. Rappelons que la situation politique et sociale en
République Centrafricaine est suffisamment grave face à la population,
faible et sans défense, ni sécurité. C’est donc, après un constat amer sur
le climat d’Insécurité, d’Injustice, de la crise financière et surtout des
graves violations de la Chartre Africaine de Droit de l’Homme et des Peuples
; que l’Union des Forces Républicaines a vue le Jour .Sa devise c’est «
L’UNION – JUSTICE- TRAVAIL ».
Voici résumé les différents faits :
1 La Violation de la Chartre Africaine des Droits de L’Homme et des Peuples,
2 L’Etat-fallite de la République Centrafricaine, face à la structure
étatique et d’institutions faibles, dans cette situation il n’y a pas d’Etat
de droit.
3 La Violation de la Constitution Centrafricaine, explique l’abus de
pouvoir, du au faite de l’absence de mécanismes opérationnels.
4 La violation de droits des Défenseurs, de droits de l’Homme en République
Centrafricaine (réf : www.fidh.org du 20/01/2006).
5 L’Insécurité dans le Nord et dans la capitale Centrafricaine, conséquence
plus de quarante mille (40.000) réfugiés au sud du Tchad, vivent dans des
conditions amères et difficiles. Tous réclament la Sécurité et la Paix ,
dont le régime BOZIZE est incapable de rétablir sur tout l’étendu du
territoire centrafricain.
6 le Droit de retour des réfugiés au bercail.
7 L’Incapacité et l’Irresponsabilité des dirigeants à faire face aux
problèmes des :
· Arriérés de salaires cumulés (09) mois et le non paiement à terme échu de
salaires des fonctionnaires centrafricains (Art.15 de la Chartre Africaine)
· Le non paiement des Bourses aux étudiants centrafricains (Nationaux/et à
l’Etrangés).L’avenir de la jeunesse centrafricaine est une fois encore
hypothéqué sous,
Le régime BOZIZE.
-Ex : les Etudiants et stagiaires centrafricains (errants et oublier) en
grèves à l’Ambassade de la République centrafricain au MAROC.
-Ex : les Etudiants centrafricains à l’Université de BANGUI…etc.
· Le non paiement des Pensions aux retraités.

8- La non Indépendance de la Justice Centrafricaine. Conséquence des Graves
violations de Droits Humains sur la Population Centrafricaine.
Tous ces multiples crimes demeurent impunis au regard de la
loi.
9-Le non respect des Institutions Républicaines, par les ex-rebelles de
BOZIZE (Bozize, Prise en otage par les ex-rebelles).Ces ex-rebelles sont aux
dessus de la loi ou se substituent aux institutions.
10-Les Graves menaces à la liberté de la Presse en RCA.
11-L'Incorporation des troupes étrangères, au sein de l'Armée Nationale
Centrafricaine.
Nous assistons à un pilotage à vu, sans programme de développement sous le
régime F.BOZIZE.
Tels sont les circonstances qui ont prévalu à la naissance de
l’Union des Forces Républicaine, un mouvement à caractère
politico-militaire, dont j’assume actuellement, la fonction du Secrétaire
Générale de l’Union des Forces Républicaine (U F R) et du Com .Forces
Républicaines.

II-BUT DE L’UNION DES FORCES REPUBLICAINES.

L’Union des Forces Républicaines (U F R), recherche les voies et
moyens pour résoudre définitivement la Crise Centrafricaine, sur le plan
politique ou militaire.

A/ AU PLAN POLITIQUE

L’Union des Forces Républicaines (UFR) privilégie la voie de la
Diplomatie, par un dialogue franc à trois niveaux :
1-Les Nations Unis
2-L’Union Africaine
3-Les Organismes Internationaux et Religieuses.

B/ AU PLAN MILITAIRE

L’Union des Forces Républicaines, ne voudrait pas nécessairement
utiliser la Force ou la violence ; pour s’exprimer et trouver une solution
acceptable. Mais, l’alternative de la Force reste et demeure en cas d’échec
de la Diplomatie ; c’est à ce moment que le mouvement sera dans l’obligation
de faire appels à ses Forces militaire en gestation.
Toutefois, nous restons optimiste pour le succès de la diplomatie sur les
forces de ténèbres.

III-L’Insécurité :

Le stade de la violence actuellement a atteint son paroxysme en
République Centrafricaine. Les efforts du Dialogue national, et de
conciliation ont échoué, l’ère des escarmouches parviennent à terme déjà.
Nous arrivons à la face cacher du régime de F.BOZIZE qui se cache derrière
la démocratie pour pratiquer de la dictature, c'est de la "dictocratie " que
le régime F. BOZIZE pratique.
D’une manière Général plusieurs Militaires ont trouvé la mort suite aux
exactions des ex-rebelles de BOZIZE.

A/ AU SEIN DE L’ARMEE :

On peut citer entre autre les cas des Militaires assassiné par les
ex-rebelles à savoir : (Ci-joint photo).

-Le Capitaine DAMCHINE / faca
-Le Lieutenant PATRICK ASSOMBELE / faca
-Le Sergent SANZE
-Le Soldat MARZANE
-Le Soldat MAMADOU- NGAISSONA et autres, tous des militaires abattus
froidement par leurs frères d’Armes (Ex rebelles) pour des faits anodins.
Tels sont les conséquences de l'incorporation des troupes étrangères au sein
de l'armée centrafricaine.
Ce que le peuple centrafricain n’arrive pas à comprendre et à expliquer
c’est le mutisme observé par le Général BOZIZE donc les hommes de main se
comporte en terroristes contre leurs frères d’arme, voir contre la paisible
population civile en toute impunité.

B/ AU SEIN DE LA POPULATION CIVILE.

Les cas sont multiples et innombrables. Elle vari en fonction des
quartiers bref.
Ø -Exemple : L’assassina de l’Etudiant PAN Aubin etc.… que sais-je encore ?
Tous ces ex-rebelles circule en toute liberté et ne sont jamais
inquiété par la justice qui ne dispose pas de son pouvoir indépendant
conformément à la loi.
- Exemple : des exactions du LT. DOGO sur la population civile, sans défense
ni sécurité.
Ø -Exemple : Au Nord, les récentes carnages à but d’épuration ethnique de
l’ex-rebelle LT.NGAIKOISSE sur une population civile, sans défense ni arme :
pasteur, paysans etc.… . Malgré la déclaration des trois député de la dite
circonscription de Paoua 1, 2, et 3.

Conséquence il a été promu au Grade de Capitaine à titre d’Encouragement et
de félicitation par le général F.BOZIZE.
N’est-ce pas là un défi lancé, au peuple Centrafricain, à la communauté
internationale et aux organismes de droits de l’homme ?

Faire la rébellion avec le général F.BOZIZE, et arrivé au sommet de l’état
par la force des armes ; ne donne aucune raison à quiconque de marcher sur
le peuple que nous devons par principe : DEFENDRE ET PROTEGE, avec HONNEUR
ET LOYAUTE.
En effet, ces ex- rebelles passé du grade de soldat de 2ème
classe au galon de lieutenant ignore, le sermon de l'Officier. Mal formé,
sont des véritables "criminels en puissance". (Réf: Le Capitaine THOMAS
SANKARA/ Paix à son âme).

IV – JUSTICE :

La faiblesse de l’appareille judiciaire, se trouve dans l'absence réelle de
l'indépendance de la justice.
-Exemple : Le Procureur de la République (Firmin FEINDIRO), n’est rien
d’autre que le neveu du Général F.BOZIZE, appui et protège les abus du
pouvoir, les ex-rebelles qui ne sont rien d’autre que des proches parent.
-Exemple: Des graves menaces des Défenseurs de droit de l'Homme en RCA (réf:
LCDH)
Par conséquent, la population civile est abandonnée à elle-même etc.

V -CRISE FINANCIERE :

Exemple : le Directeur de Cabinet, Francis BOZIZE coordonne et dirige comme
pendant la rébellion, un gouvernement parallèle sis à la résidence de son
père
(Villa SASSARA).
Toutes les décision prise en conseille de ministre ou de cabinet doivent
nécessairement être soumis devant ce gouvernement parallèle pour décision.
-Ministère des Finances
- Ministère de la Justice
- Ministère de la Défense etc.…
Tels sont les véritables sources des maux, l’entourage du Général F.BOZIZE.

Ø Exemples :
La cause de la démission de l’ex-Ministre de Finance J.P LEBOUDER, par
déontologie professionnel ne pouvait pas accepter une telle procédure.
Le Général François BOZIZE, est un stratagème, adepte du machiavélisme.
L’élève model de l’empereur BOKASSA, avec l’art de diviser pour bien régner
hélas ! L’époque de l’empire avec la barbarie, les crimes Odieux et
exécrables sont révolus

L’union des forces Républicaines à l’échelon national
(Assemblée Nationale) a engagé des procédures sans suite et se vois
désormais dans l’obligation de regarder à l’échelon Internationale. Afin
d’ouvrir une enquête sur la situation politique et sociale en République
centrafricaine, afin d’éviter le schéma :

-Du LIBERIA
-Du ROUANDA et
-De la COTE D’IVOIRE.

Si le régime du Général F.BOZIZE est pris en otage par une clique cléricale
et ethnique qui isole le peuple, l’opprime et le réprime ; cela doit cesser
pour que la RCA aspire enfin à la paix, la sécurité et au développement.
C’est également le lieu de rappeler le rôle et la place des organismes
Internationaux dans la prévention des conflits, car en générale ces
organismes n’intervienne qu’après le déclenchement des conflits (Ex : du
génocide ROUANDAIS / et l’épuration ethnique en cours en RCA).
Le constat est amer, car la Démocratie est soutenus généralement pendant les
élections et abandonner après les élections. Alors que la vrai Démocratie
s’échelonne : AVANT – PENDANT-ET APRES LES ELECTIONS ; ce qui implique un
suivie permanent de la situation politique et social dans les pays
africains.

En effet, je suis le fils de feu Général de Division François
N’DJADDER-BEDAYA ;
Ø -Ancien Directeur de la Sécurité Présidentielle
Ø -Ancien Ministre de l’Administration du Territoire et de la Sécurité
Publique.
Ø -Ancien Directeur de la Gendarmerie Nationale Centrafricaine.

Mon engagement sous le drapeau centrafricain, conformément au
sermon d’Officiers à savoir « DEFENDRE ET PROTEGER SANS IDEES DE RECULE LE
PEUPLE CENTRAFRICAIN »…est la mission de l’Union des Forces Républicaines.
Désormais, je n’appartiens plus à ma famille, mais à la Nation
Centrafricaine dont ; je suis issue.
Par conséquent, je défendrais jusqu’au sacrifice suprême Le PEUPLE
CENTRAFRICAIN SANS DISTINCTION DE RACES, DE RELIGIONS, D’ETHNIES pas comme
le font les ex-rebelles de F.BOZIZE et BOZIZE YANGOUVANDA lui-même ; face
aux Peuples qu’ils bâillonnent, sans défense ni sécurité.

Enfin ;
« VIVE LA REVOLUTION DEMOCRATIQUE pour que
VIVE LA PAIX ET LA SECURITE EN REPUBLIQUE
CENTRAFRICAINE… »

Que le Tout puissant Dieu, Clément et Miséricordieux protége le peuple
centrafricain face aux terroristes du Général F.BOZIZE.

LE SECRETAIRE GENERAL DE L’UFR
Lieutenant. FLORIAN. BEDAYA-NDJADDER

NB: Contact,
Tel: (00243) 0810.616.214/ RDCongo.
Email: ufrcentrafrique@hotmail.fr


COMMUNIQUE DE PRESSE
Réf:N°004602-06 /COOR/COM-FORCES/SG-UFR.


Source: Alwihda -

© Copyright Alwihda

 

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article