Centrafrique : "L'espoir" des victimes après l'arrestation de Bemba

Publié le par 7/7

Les victimes des violences en République centrafricaine (RCA) reprennent "espoir" après l'arrestation samedi en région bruxelloise du Congolais Jean-Pierre Bemba par la Cour pénale internationale (CPI), a salué dimanche la Ligue centrafricaine des droits de l'homme (LCDH).


L'ex-vice-président de la République démocratique du Congo (RDC), suspecté d'avoir commis des crimes sexue ls au Centrafrique en 2002 et 2003, a été arrêté samedi dans la banlieue de Bruxelles.

"Je pense d'abord aux victimes, qui commencent à prendre espoir. Nous pensons que ce ne sera pas la dernière prise" dans cette affaire, a indiqué Me Nganatouwa Goungaye Wanfiyo, président de la Ligue centrafricaine des droits de l'Homme (LCDH), joint par l'AFP en France par téléphone.

"Le procureur l'a dit, d'autres arrestations vont suivre, c'est là le vrai début", s'est-il réjouit.

L'interpellation de Bemba est la première arrestation dans le cadre de l'enquête du procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, sur les violences sexuelles commises en RCA lors de la répression armée de l'insurrection menée par l'ancien général François Bozizé.
Menacé, le président de l'époque, Ange-Félix Patassé, avait fait appel à Jean-Pierre Bemba et à son Mouvement de Libération du Congo (MLC), stationné de l'autre côté du fleuve Bangui en RDC, pour repousser l'attaque de Bozizé entre octobre 2002 et mars 2003.

Les auteurs de ces violences ont "détruit en profondeur les structures de la société", a encore estimé Me Goungaye Wanfiyo.

Aujourd'hui, "les femmes sont rejetées par leur familles et villages, elles rejettent elles-mêmes leur enfant né d'un viol", a-t-il expliqué, ajoutant avoir "réuni des preuves" contre M. Bemba.(afp/7sur7)

Publié dans JUSTICE

Commenter cet article