Arrestation de Jean Pierre Bemba : La Centrafrique "prend acte"

Publié le par 7/7.be

Le gouvernement centrafricain "prend acte" de l'arrestation en Belgique de l'ex-vice-président de la République démocratique du Congo (RDC), Jean-Pierre Bemba, et veut "laisser la procédure suivre son cours", a indiqué dimanche son porte-parole.

"Le gouvernement prend acte du travail que la CPI (Cour pénale internationale) est en train de faire. Cependant, nous souhaitons laisser le travail être mené jusqu'à son aboutissement. Il faut laisser la procédure suivre son cours", a déclaré à l'AFP Cyriaque Gonda, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement.
"Le gouvernement donnera son avis quand le besoin se fera sentir. Il n'y aura pas de réaction du gouvernement à cette arrestation, du moins pour l'instant", a-t-il ajouté.

"C'est une affaire qui met la Centrafrique sur le devant de la scène. Mais il s'agit d'une procédure qui s'effectue sous le sceau de la confidentialité".

En 2004, la Centrafrique, incapable de juger les graves crimes commis sur son territoire, avait transmis le dossier à la CPI.

Leader du Mouvement de libération du Congo (MLC), M. Bemba, 45 ans, a été arrêté samedi près de Bruxelles à la demande du procureur de la CPI qui le poursuit pour deux chefs de crimes contre l'humanité, et quatre chefs de crimes de guerre, entre octobre 2002 et mars 2003.

M. Bemba est le premier suspect entre les mains de la CPI dans l'enquête sur les crimes commis à grande échelle en République centrafricaine.

Le MLC est un groupe politico-militaire qui est intervenu en Centrafrique à l'appel du président Ange-Félix Patassé pour mater la rébellion du général François Bozizé. Les "Congolais" avaient ensuite fait régner la terreur, tuant, pillant et violant.(afp/7sur7)
25/05/08 14h43

Publié dans DROITS DE L'HOMME

Commenter cet article