Cour Pénale Internationale : Jean-Pierre Bemba arrêté à Bruxelles

Publié le par Bbc Afrique

L'ancien vice-président et leader du Mouvement de libération du Congo, le sénateur Jean-Pierre Bemba, est cité dans plusieurs plaintes concernant des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre commis dans son pays et en Centrafrique.

Son arrestation fait suite à une demande de la Cour pénale internationale.

Selon Béatrice Fraper , conseillère du procureur de la CPI, Luis Ocampo Moreno, Jean-Pierre Bemba doit être présenté dans les prochains jours à un juge belge.

Après quoi, il devrait être transféré vers le siège de la CPI, à La Haye, aux Pays-Bas dans les prochaines semaines, indique-t-on.

Le mandat d'arrêt contre Jean-Pierre Bemba, tenu secret jusqu'à présent, fait suite à plusieurs plaintes pour des crimes contre l'humanité commis à la fin 2002 dans le district de l'Ituri, en RDC, par des combattants du groupe rebelle qu'il dirigeait à l'époque, le Mouvement de libération du Congo.

Jean-Pierre Bemba était aussi recherché pour des crimes de guerre commis en Centrafrique, en 2002 et 2003,.

Plus précisément, un rapport de la Mission des Nations Unies au Congo avait accusé en 2003 des rebelles du MLC d'avoir perpétré des actes d'anthropophagie à l'encontre de Pygmées dans la région de Mambassa, en Ituri.

Bien que plusieurs combattants aient été traduits devant une Cour militaire du MLC, le gouvernement de Kinshasa avait adressé une plainte à la CPI.

De surcroît, la CPI avait ouvert une enquête pour les crimes commis en 2002 et 2003 en Centrafrique par les troupes du MLC, invitées à l'époque par l'ancien président Ange-Félix Patassé à repousser les ex-rebelles du général François Bozizé, devenu depuis président de la République.

La plainte a été déposée à la demande de l'actuel gouvernement centrafricain.

A noter que jusqu'à son arrestation, Jean-Pierre Bemba était réfugié au Portugal depuis avril 2007.

Il est, par ailleurs, accusé de haute trahison par le gouvernement de Kinshasa.

Publié dans DROITS DE L'HOMME

Commenter cet article