COMMUNIQUÉ DE PRESSE : Relatif à la suspension du Président du FODEM

Publié le par FODEM FRANCE

Le 12 mai 2008, le Président de l'Union des Forces Démocratiques pour le Rassemblement (U.F.D.R.), Michel AM NONDROKO DJOTODIA, a désigné, ès qualité, le Colonel Charles MASSI, Coordonnateur Politique de l'U.F.D.R.

Tout en prenant acte de la nouvelle situation au sein du Parti, l'opinion nationale et internationale doivent comprendre les motivations pour lesquelles des démocrates sincères empruntent cette voie pour faire valoir leurs droits.
Il est de notoriété publique que ce choix résulte du blocage instrumentalisé par le Président BOZIZE au retour du Député Charles MASSI à l'Assemblée Nationale et le refus délibéré du même Président de signer le Décret entérinant sa désignation au Comité Préparatoire du Dialogue Politique Inclusif.

Malgré les interventions du Président du Comité Préparatoire du Dialogue Politique, des Nations Unies, de l'Union Européenne et de la France, le Général BOZIZE est resté inflexible.

S'agissant de l'U.F.D.R., il est surprenant de classer comme rébellion armée un groupe politico-militaire qui a signé un Accord de Paix avec le Président François BOZIZE, le 13 avril 2007 à Birao, s'engageant dans le processus du Dialogue Politique Inclusif, et son Chef d'Etat-Major Zakaria DAMANE, nommé Conseiller Spécial du Président BOZIZE à la Présidence de la République.

Malheureusement, le FODEM France déplore que quelques aventuriers, prétendument Membres du Bureau Politique, sans respecter les dispositions statutaires du Parti en matière de suspension d'un Haut Dirigeant, se soient précipités pour organiser une soi-disant consultation aux fins de suspendre le Président Charles MASSI de la Direction du Parti et mettre en place un Bureau totalement illégal.

- Monsieur Joseph GARBA-OUANGOLE, nouveau Président, avait déserté les réunions du Bureau depuis un an, se cachant des personnes dont il a escroqué les bons de caisses et les ordres de paiement au Trésor Public.

- Joseph DOKOMBO et Frédéric TETY, démissionnaires du FODEM depuis 2004, les archives de la presse privée pouvant en faire foi, pour rallier le K.N.K. et être nommé Maire de Bambio et Préfet de la Lobaye (non abouti), n'ont jamais fait acte de leur démission du K.N.K. pour être considérés comme Membres du FODEM.

- Gilbert KORONDO, démissionnaire du FODEM depuis 1998, exécute des missions ponctuelles rémunérées, sans être Membre du FODEM.

- Nicaise SAMEDI, prétendument Secrétaire Général du Parti, n'a jamais reçu aucune nomination officielle, mais assure la coordination des actions de terrain.

Le FODEM France dénonce, avec vigueur, la violation des statuts et du règlement intérieur du FODEM, le mensonge éhonté de ces aventuriers faisant état d'une consultation de la base et surtout, la violence exercée sur le Secrétaire Général Administratif du FODEM par Monsieur Nicaise SAMEDI, pour lui arracher le cachet du Parti et les menaces de réquisition des forces de l'ordre pour arrêter tout combattant du FODEM qui s'opposerait à leurs actes crapuleux.

Le Bureau FODEM France demande à tous les Combattants de garder leur calme et de constater que c'est la même histoire de 2002 au 15 mars 2003 qui se réécrit, puisque Monsieur Joseph GARBA OUANGOLE avait retiré le FODEM des partis politiques de l'opposition pour rejoindre le M.L.P.C. en août 2002, contre de l'argent.

Fait à PARIS, le 17 mai 2008

Pour le Bureau du FODEM France
Le 1er Vice-président.
M. Saturnin NDOMBY
satndomby@hotmail.com

Saturnin NDOMBY
1er Vice-président chargé des Affaires Politiques, de la propagande, de la mobilisation et Porte Parole

© Copyright FODEM

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article