Regain de racisme en Europe, le silence complice de la classe politicienne

Publié le par 20Mai.net

Depuis quelques temps, les affaires de racisme retrouvent de la vigueur dans plusieurs pays d’Europe, dont notamment la France et la Belgique.

L’image représente une belge (d’origine congolaise) qui s’est immolée pour dénoncer le racisme en Belgique. Arriver à de telles extrémités montre bien l’ampleur du problème, qu’on ne soupçonne souvent pas.

1- Cette semaine, Béranger, fonctionnaire du ministère de l’immigration en France, traitait le vigile français (mais noir, hélas) Pierre-Damien KITENGE de “Sale Noir“, de “Sans Papiers“. Silence médiatique de la part des politiciens français, rien de la part des diplomates africains qui sont ainsi insultés indirectement. Il s’agit quand même d’un acte de racisme fort venant d’un représentant de l’Etat français, pour lequel la classe dirigeante ferme les yeux, montrant ainsi sa duplicité.Courageusement, Mr Kitenge a porté plainte malgré que son employeur ait fait pression sur lui pour qu’il accepte des excuses et se taise; comme si des excuses suffisaient dans un acte de racisme d’un pays où il y en a de plus en plus. Bien qu’ayant été insulté devant plusieurs témoins, ceux-ci se sont tous rétractés à ce jour, ayant probablement subis de forte pression. Le racisme prend de l’ampleur en France, mal caché par des raisons d’immigration. La police d’immigration française à tête chercheuse semble se focaliser sur les Africains, quand il existe des milliers d’immigrés asiatiques sans papiers…

2- L’armée française est aujourd’hui dénoncée par des soldats “issus de l’immigration” (manière politiquement correcte en France de dire “originaires d’Afrique“). Ceux-ci se plaignent que malgré leurs bonnes aptitudes sur le terrain et leurs bonnes notes, il leur faut 2 fois plus de temps pour obtenir le même avancement que leurs collègues blancs. Affaire à suivre, mais qui ne fera pas grand bruit non plus.

3- Récemment à Bruxelles, le camerounais Ngadjui Fosso, ayant refusé de voyager par Bruxelles Airlines sur un vol où un autre camerounais était expulsé d’une manière très violente, s’est vu violenté par la police belge et interdit de voyage sur Bruxelles Airlines pendant 6 mois. Son billet ne lui a pas été remboursé, bien qu’il n’ait pas reçu le service pour lequel il a payé. Les techniques utilisées par les policiers pour expulser le sans -paier rappellent à certains les méthodes utilisées pendant l’esclavage, un brin de modernité en plus. Pour avoir défendu la dignité de cet homme, Ngadjui Fosso a été jeté en cellule et libéré plus de 10h plus tard, après qu’on lui ait effacé les photos compromettantes.

Au demeurant, la personne qu’on expulsait, un camerounais dénommé Ebenezer Folefack Sontja s’est suicidé dans sa détention.

A ce jour, le ministère des Relations extérieures du Cameroun n’a pas dit mot, l’ambassadeur du Cameroun en Belgique est dans le silence. On imagine qu’ils vont répondre qu’ils agissent dans l’ombre et dans le silence, la meilleure excuse de ceux qui ne font rien, ni dans l’ombre, ni à la lumière. Ce qui arrive à ce camerounais peut arriver à tout autre camerounais, même haut placé. Les récents évènements au Cameroun ont montré qu’on peut passer de haut-placé et très bas-placé en une seule journée.

4- Le 05 Octobre 2007, Maggy Mufu Mpia (sur la photo ci-dessus), une congolaise devenue belge s’est immolée par le feu en plein coeur de la capitale du Luxembourg. Transportée à l’hopital, elle est morte 3 jours plus tard. Elle s’immolait ainsi pour dénoncer le racisme violent dont ses enfants étaient victimes. Ceci n’a pas ému plus que ça les luxembourgeois.

 

 

Publié dans DROITS DE L'HOMME

Commenter cet article