Soudan - Rebellion : Les rebelles du JEM disent être entrés dans Khartoum

Publié le par Reuters

KHARTOUM (Reuters) - Les rebelles darfouri du Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM) ont annoncé samedi qu'ils avaient pris le contrôle d'Omdourman, un faubourg de Khartoum, et étaient entrés dans la capitale soudanaise.

"Nous essayons maintenant de prendre Khartoum. Si Dieu le veut, nous prendrons le pouvoir, ce n'est qu'une question de temps", a dit par téléphone à Reuters l'un des chefs militaires du JEM, Abdel Aziz el-Nour Achr.

"Nous avons des appuis à l'intérieur même de Khartoum, y compris au sein des forces armées", a-t-il ajouté.

Peu auparavant, un couvre-feu nocturne avait été imposé par l'armée dans la capitale à la suite de l'attaque d'Omdourman, juste à l'ouest de la ville, dont les rebelles ne s'étaient jamais avancés aussi près.

"Nous an nonçons un couvre-feu dans l'Etat de Khartoum entre 17h00 (14h00 GMT) et 06h00 (03h00 GMT) du matin, à compter d'aujourd'hui 10 mai", a déclaré un porte-parole de l'armée soudanaise à la télévision.

Une violente fusillade avait éclaté dans l'après-midi à Omdourman. Des hélicoptères et une dizaine de véhicules blindés ont été dépêchés vers la zone des tirs.Les habitants de Khartoum pouvaient clairement entendre des tirs d'artillerie lourde en provenance de ce secteur."Ce sont des tirs très, très nourris et ici nous sommes tous terrifiés", a dit par téléphone un habitant à Reuters.Les rues de la capitale se sont vidées et la population est terrée chez elle, a-t-il ajouté.

KHARTOUM MET EN CAUSE LE TCHAD

Vendredi et samedi matin, des affrontements avaient opposé les soldats gouvernementaux à des rebelles dans le Kordofan septentrional, qui jouxte la région de la capitale.

Le Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM), l'un des groupes rebelles du Darfour, avait auparavant annoncé un renforcement de ses effectifs dans le Kordofan mais disait qu'il n'allait pas attaquer les gouvernementaux pour épargner la population civile.

Un responsable gouvernemental a affirmé, lui, que les rebelles s'étaient dispersés après une contre-attaque de l'armée soudanaise, appuyée par l'aviation.

Les mesures de sécurité avaient été renforcées dès jeudi soir à Khartoum en raison de ces combats dans le Kordofan et l'armée a accusé le Tchad d'appuyer les rebelles.

"Le gouvernement et les mouvements armés du Darfour sont engagés dans des combats. Les rebelles se sont dispersés après avoir subi des bombardements aériens", a dit à Reuters Abdel Ma djid Abdel Farid, l'un des responsables de la municipalité d'Hamrat al Wizz,
dans l'est du Kordofan septentrional. Il a précisé que les rebelles, équipés d'armes lourdes, avaient déferlé vendredi sur toute la région.

L'un des responsables du JEM, Al Tahir al Feki, a déclaré que le mouvement rebelle entendait "déployer ses forces quand et où il l'entendait" et qu'il "étendait son emprise sur le Kordofan".

L'armée soudanaise, par ailleurs, a annoncé avoir repoussé vendredi soir une attaque de l'armée tchadienne dans la région de KashKash, à la limite du Tchad et du Darfour, rapporte l'agence de presse soudanaise Suna.

Les experts internationaux estiment que la guerre civile au Darfour a fait 200.000 morts et deux millions et demi de déplacés depuis cinq ans.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article