Joyandet: "il y a du travail pour redresser l'image de la France" en Afrique

Publié le par Afp

Le secrétaire d'Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, a estimé samedi à Dakar qu'il avait "du travail à faire pour redresser l'image de la France" en Afrique, où ce pays réalise des projets "fantastiques" mais peu connus.

"La coopération (entre la France et les pays africains) se porte bien, elle est même au-delà de ce que je pensais", mais "on ne le fait pas assez savoir", a déclaré à l'AFP M. Joyandet, qui doit achever dimanche au Sénégal une tournée ouest-africaine l'ayant précédemment mené au Niger et au Bénin.

Il a expliqué avoir constaté lors de ses visites sur le terrain "une vraie distorsion" entre les activités menées en Afrique par la France dans le cadre de la coopération, avec "tous les projets qui sont réalisés, le résultat dans l'économie du continent", et "en même temps un sentiment de +pas assez de France+, de +manque de France+".

"Donc, il y a du travail à faire pour redresser l'image de la France sur le continent africain, a-t-il estimé.

Pourtant, "des choses fantastiques existent grâce à la coopération", a-t-il soutenu, en citant l'exemple d'un laboratoire de l'Institut Pasteur à Dakar produisant 12 millions de doses de vaccins par an.

Cette production, qui "représente 20% du volume des vaccins (antiamarils) au niveau mondial", est réalisée "avec les produits financiers de la coopération. Je me dis que c'est ça, la coopération", a ajouté le secrétaire d'Etat français.

Interrogé sur les commentaires de plusieurs ONG qui avaient vu le changement de portefeuille de son prédécesseur comme une victoire des réseaux de la "Françafrique", Alain Joyandet a répondu qu'il voulait "faire la synthèse" entre les anciennes et la nouvelle relations" France-Afrique.

M. Joyandet a été nommé en mars dernier en remplacement de Jean-Marie Bockel (désormais secrétaire d'Etat français à la Défense), qui avait promis de "signer l'acte de décès de la +Françafrique+".

Cette déclaration aurait précipité ce changement de portefeuille, selon des ONG qui dénoncent le soutien de Paris à des régimes africains jugés autocratiques et corrompus.

"Je veux faire la synthèse entre l'ensemble des générations de responsables pour construire. (...) Pour moi, tuer telle ou telle relation, ce n'est pas comme ça qu'on construit", a déclaré Alain Joyandet.

"Il faut faire la synthèse entre les anciennes relations entre la France et l'Afrique, et la nouvelle relation qui est une relation de partenariat. (...) Chacun, chaque génération apporte sa contribution", a-t-il insisté.

Arrivé vendredi à Dakar, M. Joyandet a été reçu le soir même par le président sénégalais Abdoulaye Wade. Il doit quitter le Sénégal dimanche, après avoir visité différents sites dans la région de Saint-Louis (nord).

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article