Crise alimentaire : Ottawa débloque 50 millions de dollars de plus

Publié le par Romandie News

OTTAWA - Le gouvernement canadien a annoncé mercredi une augmentation de 50 millions de dollars canadiens (49,7 millions USD) de son aide alimentaire pour la porter à 230 millions de dollars cette année, en raison de la crise alimentaire mondiale

Répondant à l'appel à l'aide des Nations unies, la ministre de la Coopération internationale, Bev Oda, a également annoncé que l'aide canadienne ne serait désormais plus conditionnée à des achats au Canada.

Des sommes annoncées, 45 millions de dollars sont destinés au Programme alimentaire mondial (PAM), dont une tranche de 10 millions de dollars pour Haïti. Cinq millions iront à la Banque de céréales vivrières du Canada, une organisation non gouvernementale canadienne active à l'étranger.

Cette contribution porte à 230 millions de dollars l'aide alimentaire canadienne pour l'exercice 2008-2009, dont 160 millions à l'Afrique.

"Avec l'ajout de 50 millions de dollars et le fait que notre aide ne sera plus liée, le Canada répond à l'impact dévastateur de la hausse des prix de la nourriture sur les populations les plus vulnérables du monde", a déclaré Mme Oda.

En ne posant plus de condition à son aide, le Canada maximise l'impact de celle-ci, puisque le PAM et la Banque de céréales du Canada pourront ainsi acheter de la nourriture du fournisseur de leur choix, particulièrement dans des pays en développement, a expliqué Mme Oda.

Cette pratique encourage également le développement de marchés locaux et régionaux dans les pays en développement, a-t-elle ajouté. Elle a également précisé que l'aide canadienne ne pourra servir à acheter des vivres dans d'autres pays développés qui continuent à conditionner leur aide.

Jusqu'en 2005, 90% de l'aide alimentaire consentie par Ottawa devait servir à des achats au Canada, pourcentage qui a ensuite été ramené à 50% cette année-là.

L'aide pour Haïti va permettre de nourrir plus de 350.000 Haïtiens, plus particulièrement des groupes vulnérables comme les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans.

Les Nations unies et d'autres organisations internationales ont appelé mardi à une action urgente pour combattre la flambée des prix alimentaires, créant un état major de crise et réclamant un commerce mondial plus équitable.

Le PAM, qui évalue ses besoins totaux pour 2008 à 3,1 milliards de dollars, a demandé une rallonge d'urgence de 755 millions de dollars de plus à cause de l'envolée des prix alimentaires et du carburant.

"Cette généreuse contribution du Canada contribuera à protéger des millions d'enfants des affres de la faim et les mettra à l'abri d'une malnutrition grave", a déclaré la directrice exécutive du PAM, Mme Josette Sheeran.

Publié dans LE MONDE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article