Zimbabwe : l'opposition remporte les élections

Publié le par Associated Press

Le Mouvement pour le changement démocratique (MDC, opposition) a remporté les élections législatives au Zimbabwe et contrôle désormais le Parlement pour la première fois depuis 1980: un nouveau comptage de 18 des 23 circonscriptions contestées a confirmé les résultats du scrutin, a rapporté dimanche la presse officielle. La Commission électorale espère désormais publier rapidement les résultats de la présidentielle du 29 mars.

L'opposition a remporté 110 sièges, contre 97 à l'Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (ZANU-PF), le parti au pouvoir du président Robert Mugabe.

Le parti présidentiel remettait en cause les résultats du vote dans 23 circonscriptions remportées par l'opposition et la commission électorale a procédé à un nouveau comptage, considéré par le MDC comme une tentative de jouer la montre. Le nouveau dépouillement, terminé dans 18 des 23 circonscriptions, montre que rien n'a changé par rapport aux résultats précédents.

Même si l'opposition perd les cinq derniers sièges, elle conservera sa majorité au Parlement de 210 sièges, acquise pour la première fois depuis l'indépendance de l'ex-Rhodésie britannique en 1980.

Selon le président de la Commission électorale George Chiweshe cité dimanche par le "Sunday Mail", organe du pouvoir, le processus de comptage de l'élection présidentielle "sera terminé, nous l'espérons, d'ici lundi 28 avril".

La Commission invitera ensuite les candidats à vérifier les chiffres, avant leur publication à une date non fixée pour le moment. Le MDC a revendiqué la victoire dès le premier tour de l'élection présidentielle, accusant Robert Mugabe de recourir à la violence et l'intimidation pour s'accrocher au pouvoir.

Vendredi, 215 partisans de l'opposition ont été arrêtés lors d'un raid policier contre le siège du MDC à Harare. Les forces de sécurité ont également procédé à une perquisition dans les locaux du Réseau de soutien aux élections, organisation d'observateurs indépendants. Selon Alec Muchadehama, un avocat de l'opposition, 24 enfants, dont "certains encore allaités", figurent parmi les personnes détenues. L'avocat a par ailleurs fait état de mauvais traitements et passages à tabac.

En déplacement en Zambie, la sous-secrétaire d'Etat américaine pour les Affaires africaines Jendayi Frazer a dénoncé dimanche les violences au Zimbabwe, qui "doivent cesser" et réclamé une intervention internationale.

"Il n'y a pas de neutralité quand des gens sont frappés. Quand un gouvernement déploie son armée, sa police, ses services de renseignement et mobilise ses milices" contre sa "propre population", alors la communauté internationale "a la responsabilité d'intervenir et d'essayer d'arrêter ce gouvernement", a-t-elle estimé dans un entretien à l'Associated Press.

Mme Frazer effectue une tournée dans la région pour convaincre les dirigeants d'Afrique australe d'accentuer la pression sur Robert Mugabe et l'inciter à mettre un terme aux violences au Zimbabwe, où elle ne doit pas faire étape.

La secrétaire d'Etat adjointe a estimé la semaine dernière que le chef de l'opposition Morgan Tsvangirai est le "clair vainqueur" de l'élection présidentielle. Mme Frazer n'a "aucune autorité morale ou juridique" pour faire de telles affirmations, a retorqué le ministère zimbabwéen de la Justice. AP

Publié dans L'AFRIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article