Rdc/Belgique - Joseph Kabila est formel : « Si les Belges veulent un incident, ils seront servis »

Publié le par Digitalcongo.net

Ce  qui se passe aujourd’hui entre la Belgique et la Rdc  était prévisible. Les contrats que la Rdc a signés avec la Chine sont à la base de la mauvaise humeur de certains milieux politico affairis­tes de Bruxelles. Que peut la Rdc devant des promesses hy­pothétiques et généralement non tenues ? Aujourd’hui, le pays est dans une situation telle qu’aucun gouvernement respon­sable ne peut ne pas sonder toutes les voies possibles pouvant sortir son peuple d’un appauvrissement croissant. Les Chinois sont partout en Afrique. Pourquoi ne veut-on pas qu’ils soient en Rdc ? Ce pays serait-il la propriété de la Belgique? Que fait cette Belgique de De Gucht pour que les Congolais n’aillent pas chercher ailleurs ?

Le mépris belge vis-à-vis des autorités congolaises, c’est apparemment le venin que Karel De Gucht, ministre belge des Affaires étrangè­res est venu verser en Rdc, alors que l’on attendait le ministre de la Défense à l’in­vitation de son collègue con­golais, De Gucht s’est im­provisé. De bonne foi, Jo­seph Kabila a écourté son séjour new-yorkais en vue de recevoir cette déléga­tion. Arrivé à Kinshasa, De Gucht a commencé par vou­loir imposer à Joseph Kabila l’heure à laquelle sa délé­gation devrait être reçue.

Première incongruité que le chef de l’Etat congolais n’a pas acceptée. Alors que les Bel­ges voulaient se faire recevoir le matin, Joseph Kabila a fixé l’audience dans l’après-midi. Car, dans aucun pays au monde où un invité, fut-il minis­tre belge, a le droit d’imposer l’heure de la réception à un hôte, de surcroît Président d’un Etat souverain. Si Karel De Gucht voulait tester le niveau de responsabilité et de souveraineté de la Rdc, il a été servi.

Il est dommage que les relations entre la Belgique et la Rdc tiennent désormais aux humeurs d’un individu qui n’a aucun sens de respect de la souveraineté d’autres Etats. Et pourtant il y a des Belges très positifs à l’exemple de Flahaut, de Louis Michel, et tant d’autres du domaine non qu’ils ont démontré qu’ils veulent aider réellement les congolais à se sortir de leurs difficultés.

Les provocations De Gucht, sauf si tel est la volonté des Belges, n’amèneront pas la Rdc à prendre l’initiative de la rupture. Mais si De Gucht a soif d’incident si, il sera servi. Le temps où la seule présence du colon faisait trembler est révolu. Joseph Kabila a tenu à ce que cela soit clair pour tout le monde.

La RdC estime que la Chine peut l’aider à réaliser les cinq chantiers de la République. Aucun autre pays ne lui dira le contraire sans empiéter sur sa souveraineté.

Un nouvel ambassadeur de Belgique à Kinshasa

Dominique Struye de Swielande sera probablement le prochain ambassadeur belge à Kinshasa. Agé de 59 ans, Struye quittera Washing­ton où il est actuellement en poste pour Kinshasa. Son successeur à Washington est également connu. Il s’agit de VLD Jan Mathijssen. Quant à l’actuel ambassadeur belge à Kinshasa, il va à Madrid pour remplacer Claude Rijimenans qui à son tour est envoyé à Vienne où il prendra la place Christiana Funes-Noppem qui, lui va à Buenos Aires. Quant à l’actuel président du comité de direction des Affaires Etrangères, Jan Grauls, il va repré­senter la Belgique à l’Onu en remplacement Johan Verbeke, désigné Coordinateur Spécial des Nations Unies au Liban. Il va de soit que Karel de Gucht, en sa qualité de chef de la diplomatie belge, doit au préalable approuver ces choix.

En Afrique particulièrement en Rdc, le changement de chef des missions diplomatiques en des moments particuliers des relations entre Etats sont sujets à des suspicions. Quoi de plus qu’on se comporte en chat échaudé au point de chercher à savoir qui vient et pourquoi.

(Ern.)

Joachim Diana G./L’Avenir

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article