Le Zimbabwe est "une zone de guerre", selon un responsable de l'opposition

Publié le par AP

Un responsable de l'opposition au Zimbabwe a de nouveau appelé dimanche à une intervention de la communauté internationale, trois semaines après l'élection présidentielle du 29 mars. Il a comparé le pays à "une zone de guerre" et affirmé que dix personnes avaient été tuées et plusieurs centaines blessées dans des violences post-électorales.

Tendaï Biti, secrétaire générale du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), a affirmé que les violences avaient forcé 3.000 familles à fuir leurs maisons. Il a appelé les agences humanitaires internationales en place au Zimbabwe à se mobiliser.

"Elles doivent agir de toute urgence. Elles doivent agir parce que le Zimbabwe est une zone de guerre", a déclaré Tendaï Biti lors d'une conférence de presse à Johannesburg, en Afrique du Sud.

Il a affirmé que ni lui ni Morgan Tsvangirai, chef du MDC et candidat à la présidentielle du 29 mars, ne peuvent actuellement rentrer au Zimbabwe sous peine d'être arrêtés par le régime du président Robert Mugabe.

Tsvangirai a affirmé avoir remporté dès le premier tour le scrutin du 29 mars, mais les résultats n'ont toujours pas été publiés, alimentant les craintes d'un trucage des résultats par le pouvoir. Samedi, les responsables de la commission électorale du Zimbabwe ont commencé à recompter les voix dans 23 circonscriptions des législatives, laissant craindre à l'opposition de voir sa victoire annulée. AP

Publié dans L'AFRIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article