Côte d'Ivoire : le premier tour de la présidentielle fixé le 30 novembre

Publié le par Afp

ABIDJAN (AFP) — Le premier tour de l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire a été fixé au 30 novembre 2008, a annoncé lundi le porte-parole du gouvernement, Amadou Koné, à l'issue d'un conseil extraordinaire des ministres à Abidjan.

Cette "date a été choisie par la Commission électorale indépendante (CEI) qui nous a fait un rapport", a déclaré M. Koné, expliquant qu'elle ne concerne que la présidentielle, "qui ne sera pas combinée avec les législatives".

"Les dates de réception des candidatures et celle de la campagne seront fixées ultérieurement par la CEI", a ajouté M. Koné.

Un accord de paix signé en mars 2007 entre le président Laurent Gbagbo et l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) prévoyait une élection présidentielle début 2008, finalement repoussée "au plus tard" à la fin juin.

"Aujourd'hui est un grand jour pour la Côte d'Ivoire", a déclaré le président Laurent Gabgbo lors d'une conférence de presse qui s'est tenue à l'issue du conseil des ministres, en présence notamment du représentant du secrétaire général des Nations unies, Y. J. Choi, et du représentant du facilitateur dans la crise ivoirienne, le président burkinabè Blaise Compaoré.

"Je crois que le gouvernement a rempli sa mission", a-t-il ajouté en expliquant que le gouvernement de transition issu de l'accord de paix de mars 2007 avait principalement pour objectif "de fixer une date des élections, d'appeler les Ivoiriens aux urnes et d'appeler les candidats à se présenter".

Le chef de l'Etat ivoirien, qui doit quitter mardi la Côte d'Ivoire pour se rendre au siège des Nations unies à New York, a expliqué qu'il ne voulait pas "y aller sans cette date" du scrutin.

"Faites tout pour que le 30 novembre 2008, à 07H00 du matin, les gens déposent leurs bulletins dans l'urne", a-t-il lancé au directeur de l'Institut national de la statistique (INS, public) et au représentant de la société française Sagem, deux opérateurs chargés de la partie technique des élections, en particulier la révision des listes électorales et l'édition des nouvelles cartes d'électeur.

L'élection présidentielle devait avoir lieu initialement en octobre 2005 à la fin du mandat de Laurent Gbagbo, élu pour un mandat de cinq ans en octobre 2000 à l'issue d'élections contestées.

Elle a été depuis lors sans cesse repoussée en raison de la crise ivoirienne. Depuis la tentative de coup d'Etat des FN en septembre 2002, la Côte d'Ivoire est coupée entre un Nord rebelle et un Sud loyaliste.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article