Inde - Afrique : Premier sommet Inde-Afrique pour un partenariat stratégique

Publié le par Apa

APA-New Delhi(Inde) Les dirigeants d’Afrique et de l’Inde souhaitent mettre sur pied un partenariat stratégique sud-sud, englobant plusieurs secteurs, tels que le commerce, l’énergie, le développement durable, le terrorisme et les changements climatiques, a appris APA mardi, lors de l’ouverture à New Delhi du premier sommet Inde-Afrique.

L’Inde souhaite renforcer son partenariat et sa coopération avec tous les pays d’Afrique, pour les aider à redynamiser leurs économies et à assurer la paix, la stabilité et l’autonomie.

Elle deviendrait ainsi « un partenaire proche dans le processus de redressement de l’Afrique », a déclaré à l’ouverture du sommet, le Premier ministre indien, Manmohan Singh, qui a par la même occasion, annoncé un système de tarif préférentiel hors taxes pour les pays les moins avancées (PMA).

Avec ce système, l’Inde donnera unilatéralement un accès préférentiel de son marché à 50 PMA, dont 34 sont en Afrique. Le système couvrira 94% de la totalité des lignes tarifaires de l’Inde, a précisé Manmohan Singh.

En particulier, a-t-il poursuivi, l’Inde ouvrira son marché sur les lignes tarifaires couvrant 92,5% des exportations globales des PMA.

Les produits africains bénéficiant de cette mesure sont le coton, le cacao, les minerais d’aluminium et de cuivre, les noix d’acajou, la canne à sucre, les vêtements prêts-à-porter, les filets de poissons et les diamants non industriels, a-t-il ajouté.

Les ministres des Affaires Etrangères de l’Inde et de l’Afrique ont tenu lundi une réunion à huis clos et ont convenu que le sommet serait sanctionné par deux documents majeurs : la Déclaration de Delhi et le Cadre de Coopération Afrique-Inde.

La Déclaration de Delhi est un document politique sur les intérêts bilatéraux, régionaux et internationaux de l’Inde et de l’Afrique, notamment leurs positions sur les réformes de l’ONU, les changements climatiques, l’Organisation Mondiale du Commerce, le terrorisme international, etc.

Le Cadre de Coopération définira les domaines de coopération convenus dans plusieurs secteurs, notamment l’éducation, les sciences et la technologie, la productivité, la sécurité alimentaire, la croissance industrielle, et le développement des secteurs de la santé et des infrastructures.

Le volume d’échanges entre l’Inde et l’Afrique a été porté à 25 milliards de dollars au cours des quatre dernières années, soit une hausse de 285%.

La dernière étude menée par la Fédération des chambres de commerce et d’industrie indiennes a révélé que la part de l’Afrique dans le total des échanges commerciaux de l’Inde était passée de 5,8% en 2002-2003 à 8% en 2006-2007.

Un nouveau rapport de Chatham House, un groupe de réflexion basé à Londres, indique que l’Inde s’inquiète de l’envahissement des Etats africains de l’Océan Indien par la Chine, une zone que Delhi a longtemps considéré comme faisant partie de sa zone stratégique d’influence.

Ainsi, estime le rapport, les Indiens réagissent en consolidant les relations sécuritaires et commerciales avec des pays comme les Seychelles, l’Ile Maurice et le Mozambique.

Quatorze chefs d’Etat et de gouvernement africains prennent part à cette rencontre au sommet, il s’agit des présidents d’Algérie, du Burkina Faso, de RD Congo, de l’Egypte, de l’Ethiopie, du Ghana, de la Libye, du Kenya, du Nigeria, du Sénégal, de l’Afrique du Sud, de la Tanzanie, de l’Ouganda et de la Zambie.

 
AZT/daj/ad/fss/aft/APA
08-04-2008
 
 

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article