Hausse des prix : Embarras à Bangui

Publié le par Afrique en ligne

La ministre centrafricaine du Commerce, Mme Béatrice Emilie Epaye, qui s’adressait mercredi aux députés lors d’une séance d’interpellation consacrée à la flambée des prix, a déclaré que le gouvernement ne prendra de mesures "qu’au prorata de ses moyens".

"Pour prendre des mesures, il faut avoir les moyens", a affirmé Mme Epaye, précisant que "les taxes votées dans la loi de Finances ont déjà été comptabilisées" et ne sauraient être supprimées ou réduites en l’absence de ressources de substitution.

Ce genre de solutions proposées par certains élus n’est envisageable que pour les pays enregistrant des excédants budgétaires, à l’instar des pays voisins de la République centrafricaine producteurs de pétrole, a-t-elle encore indiqué.

Se faisant l’écho de l’émoi suscité dans l’opinion par la hausse des prix, les parlementaires ont notamment proposé au gouvernement une réduction de la TVA et la mise en place d’une structure de contrôle des prix ayant pour mission de traquer les spéculateurs.

Ces mesures pourraient concerner les denrées alimentaires telles que le lait, le sucre, l’huile et la farine de blé et les matériaux de construction tels que le ciment et la tôle ondulée.

A titre indicatif, le prix du lait en poudre est passé de 2.250 francs CFA à 3.500 FCFA en l’espace de 2 mois, tandis que celui du bidon d’huile est passé de 800 FCFA à 1.500 F CFA et celui du sac de ciment de 10.000 à 19.000 FCFA.

Déjà en juillet 2007, le ministère du Commerce avait décidé de rationner le ciment et d’en bloquer le prix à 10.015 FCFA le sac alors qu’il se vendait déjà autour de 15.000 FCFA en raison de la rareté de ce produit dont la consommation moyenne en République centrafricaine est estimée à 3.000 tonnes par mois.

Les importateurs justifient la tendance à la hausse des prix par la répercussion des taxes instaurées par l'Etat et par les nombreuses tracasseries auxquelles ils sont confrontées sur l'axe routier Douala-Bangui, principal voie de ravitaillement de la République centrafricaine, pays dépourvu de façade maritime.
 
Bangui - 03/04/2008

Publié dans ECONOMIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article