Foot-Echos d'Afrique - Le Gabon s'y prend à trois fois

Publié le par L'equipe.fr

Les autorités sénégalaises ont mis fin au mandat de l'ancienne fédération. La fédération camerounaise de football ne veut plus entendre parler d'Otto Pfister . Le Togolais Tata Avlissi veut envoyer en justice le juge-arbitre-procureur. Et d'autres échos qui font bouger le continent.


GABON : L'avion et puis l'orage pour les Panthères

Les Gabonais se sont demandés si finalement la rencontre entre les Panthères du Gabon dirigés par Alain Giresse (Photo L'Equipe) et les Fauves du Basoubangui de la République Centrafricaine allait avoir lieu. Ils considèrent que les malheurs de leur équipe nationale viennent du ciel et parlent de mauvais sort. Une première fois reporté à cause du trio arbitral camerounais qui n'avait pas pu rallier Bangui par avion, dans les délais, le match programmé deux jours après (mardi), a été interrompu par un violent orage. Les Panthères menaient au score par Bernard Obiang (19e) lorsque l'arbitre dans l'impossibilité de voir les différentes lignes du terrain a été contraint de renvoyer les deux équipes aux vestiaires. Le lendemain, le "troisième" match a été le bon et les Panthères ont gagné 2-0 pour le compte des éliminatoires de la première coupe d'Afrique des nations des joueurs locaux qui sera organisée par la Côte d'Ivoire en 2009.


SENEGAL : Les règlements de la FIFA contournés

Les autorités sénégalaises ont trouvé subtilement la faille pour démanteler la fédération de football sans subir les foudres des instances internationales. Sous la pression de l'opinion publique et malgré le refus de l'assemblée générale, ils ont "poussé" à la démission le président de la fédération Mbaye Ndoye et les deux derniers "récalcitrants" du Bureau Fédéral. Puis, ils ont installé une structure d'exception. Le président du Comité Olympique, Mamadou Diagna Ndiaye a été placé à la tête d'un Comité de normalisation qui aura la charge de sortir, en un an, le football sénégalais de la crise. Cette initiative qui permet la relance du championnat national de L1 contourne les règlements de la FIFA et va certainement être exploitée par d'autres pays africains. A moins que Joseph Blatter ne trouve la parade.


CAMEROUN : La Fecafoot suspend ses rapports avec Pfister

Sur recommandation du Conseil exécutif, l'assemblée générale de La Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) a confirmé une nouvelle fois sa décision du 26 octobre 2007 et suspendu «officiellement» ses rapports avec l'entraîneur des Lions indomptables, l'Allemand Otto Pfister. Cette décision est le prolongement logique des rapports jugés "exécrables" depuis une année, entre la FECAFOOT et le ministère des Sports (MINSEP). L'instance dirigeante du football veut aller plus loin en saisissant la FIFA sous prétexte qu'elle n'avait pas été "consultée" par la tutelle au moment du choix du sélectionneur. Si cette action est entamée, le Cameroun pourrait être suspendu pour une ingérence des autorités politiques dans la gestion d'une fédération indépendante.


TOGO : Tata Avlessi contre-attaque

Sitôt réinstallé à la tête de la fédération togolaise de football, l'homme d'affaires Tata Avlessi, blanchi par le tribunal arbitral de sport (TAS) contre-attaque. Il compte introduire une action en justice contre Attivi Cessi, le juge arbitre togolais, qui avait déclaré être le témoin et l'intermédiaire dans l'affaire de corruption. Le président de la fédération s'appuie sur le rapport du jugement publié par le TAS qui a mis l'accent sur le montage grotesque et le refus de «l'intermédiaire» de se présenter devant le TAS. Les autorités judiciaires du pays tentent de calmer le jeu, en attendant de prendre d'éventuelles sanctions. Le juge arbitre Attivi Cessi est procureur de la République à Tsévié (45 km de la capitale Lomé).


MALI : Stephen Keshi, jusqu'en 2010, si...

Comme annoncé par l'Equipe.fr, Stephen Keshi, ancien sélectionneur du Togo a été recruté à la tête des Aigles du Mali pour un contrat qui pourrait durer jusqu'en août 2010 en cas de qualification à la phase finale de la CAN et de la Coupe du monde. L'ancien capitaine des Green Eagles à la coupe du monde 1994, surnommée le «Big Boss» percevra un salaire mensuel d'environ 7 millions de francs Cfa auquel s'ajouteront un crédit téléphonique de 500.000 francs Cfa mensuels, une prime de 12 millions Cfa en cas de qualification à la CAN et 18 millions pour la Coupe du Monde 2010. Stephen Keshi a été choisi parmi six candidats Jean-Michel Cavalli, Joseph Antoine Bell, Michel Dussuyer, Patrice Neveu, Carlos Alhinho (ancien sélection de l'Angola) et le burkinabé Idrissa traoré dit « Saboteur ». Il remplace le français Jean-Michel Jodar . - AB.LAHOUARI

Publié dans SPORT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article