Ouganda : Joseph Kony a quitté la RDCongo pour la Centrafrique

Publié le par Romandie News

joseph_kony_296444790.jpg KAMPALA - Les autorités ougandaises ont affirmé mercredi que le chef suprême de la rébellion de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), Joseph Kony, recherché par la Cour pénale internationale, avait quitté la République démocratique du Congo (RDC) pour la Centrafrique.

"Nous avons des renseignements crédibles indiquant que Kony se trouve en République centrafricaine, à environ 80 km de la frontière avec le Soudan", a déclaré à l'AFP le ministre des Affaires étrangères ougandais Oryem Okello.

"Nous pensons qu'il avait prévu de s'installer là-bas depuis un moment. Nous pensons qu'il y a une troisième partie qui l'encourage à y aller", a-t-il ajouté.

La LRA dispose depuis des années de bases au Sud-Soudan et a aussi établi des camps dans le nord-est de la RDC, où elle fait de fréquentes incursions depuis septembre 2006.

Selon M. Okello, Kony pourrait recevoir en Centrafrique l'aide d'un autre groupe rebelle de cette région. Selon des médias ougandais, il s'agirait du chef de la principale alliance rebelle tchadienne, Mahamat Nouri.

Le ministre de l'Intérieur et chef de la délégation gouvernementale aux pourparlers de paix interougandais, Ruhakana Rugunda, a déclaré que les déplacements du chef rebelle n'affecteraient pas les pourparlers.

"Quand Kony a-t-il été immobile ? Ses déplacements ne sont pas une surprise. Les pourparlers suivent leur cours, la signature (de l'accord de paix) aura lieu à la date prévue", a-t-il affirmé à l'AFP.

De son côté, M. Okello a indiqué avoir rencontré mardi la délégation de la rébellion, qui l'a "assuré" que Kony se rendrait à Juba (Sud-Soudan, lieu des négociations) pour la signature de l'accord de paix d'ici le 28 mars.

Kony et trois hauts responsables de la LRA sont visés par des mandats d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Fin février, Kampala avait annoncé avoir signé avec la LRA un accord de désarmement, de démobilisation et de réinsertion sociale des rebelles, dernière étape avant la signature d'un accord de paix définitif.

Les pourparlers entre Kampala et la LRA, qui visent à mettre fin à plus de 20 ans de guerre civile, ont débuté en juillet 2006.

Le conflit a fait des dizaines de milliers de morts et provoqué le déplacement de près de deux millions de personnes.

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article