République centrafricaine : Une femme tuée par balle dans une ambulance MSF lors d’une attaque ciblée

Publié le par Organisation de la Presse Africaine

031308-1215-rpubliquece1.jpgCe deuxième meurtre en neuf mois compromet la présence de MSF 

 

Paris / Bangui, 13 mars 2008. Une femme a été tuée par balle dans une ambulance MSF lorsqu’un homme armé non identifié a tiré sur le véhicule dans la province de Vakaga, dans le nord-est de la République Centrafricaine (RCA), le 10 mars. En conséquence, MSF a suspendu ses activités de cliniques mobiles en dehors des principales villes dans la région. Il s’agit de la seconde personne tuée dans une attaque contre MSF ces 9 derniers mois en RCA. L’ambulance transportait une mère et son bébé qui venait d’être déchargé du centre de santé de MSF à Gordil. Cette femme de 32 ans laisse derrière elle six enfants. 

 

« Nous sommes choqués et indignés que la mère de notre patient ait été tuée, déclare Nicole Henz, chef de mission MSF. Cette attaque est inacceptable. Notre ambulance a été clairement visée, ce qui nous amène à réexaminer nos activités dans les zones reculées et notre présence dans le pays. Toutes les personnes armées sont obligées de respecter l’aide humanitaire. Cela inclut le personnel médical, et avant tout, nos patients. » 

 

Ce meurtre fait suite à une série d’attaques et de menaces visant des organisations humanitaires et des personnels de santé au cours des derniers mois. En juin 2007, une volontaire MSF, Elsa Serfass, a été tuée par des tirs rebelles dans le nord-ouest, entraînant une réduction prolongée des opérations de MSF.

 
 

Jusqu’à cette attaque, MSF apportait dans tout le nord de la RCA, des soins de santé de base aux populations des zones isolées et un accès aux soins hospitalier pour les cas les plus sérieux. MSF considère cependant que les conditions nécessaires pour fournir de l’aide aux populations isolées ne sont plus réunies aujourd’hui.

 
 

La population civile dans le nord de la RCA est confrontée à des actes de banditisme sur les routes, des abus de la part de personnes armées et des déplacements répétés. Des villages ont été attaqués, pillés et incendiés, ce qui a contraint les habitants à fuir dans la forêt et restreint considérablement leur accès aux soins de santé.

 
 

Dans la province de Vakaga, au nord-est, MSF apportait des soins à une population d’environ 35.000 personnes au travers de cliniques mobiles et fixes à Birao et Gordil. Les équipes de MSF travaillent dans sept autres localités dans le Ouham-Pendé, l’Ouham et le Nana-Grébizi, au nord-ouest du pays. MSF effectue de la chirurgie d’urgence, fournit des soins de santé primaires et secondaires et traite les patients atteints de tuberculose, du sida et de la maladie du sommeil. MSF travaille dans le pays depuis 1997.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article