Gabon : Amalgame

Publié le par Afrique Centrale Infos

gab.jpgLe ministre de l'Intérieur gabonais André Mba Obame a affirmé mercredi que les médias français pratiquaient "l'amalgame" à propos des importants biens immobiliers en France de la famille du président Omar Bongo Ondimba, soulignant que ce dernier avait "beaucoup d'enfants". "Il y a un amalgame (...) Le président Bongo a beaucoup d'enfants. Des enfants qui ont mon âge, qui travaillent dans le secteur public, dans le secteur privé, qui ont été ministres... Ne peuvent-ils pas avoir des appartements? On ne voit que Bongo Ondimba", a déclaré M. Mba Obame.
Après le quotidien Le Monde fin janvier, des médias français, citant une enquête française sur le patrimoine de chefs d'Etats africains en France, ont affirmé que le président Bongo, âgé de 72 ans, et sa famille possédaient en France 33 résidences, dont un hôtel particulier de 18,8 millions d'euros.

"M. Bongo a beaucoup d'enfants qui ont un appartement en France comme beaucoup de Gabonais, comme beaucoup d'Africains, comme beaucoup d'Arabes (...) Il y a aussi des ministres, des hauts-fonctionnaires qui en ont. Moi-même, j'ai un appartement à Paris. On ne voit que Bongo Ondimba, alors que cela appartient à ses enfants", a ajouté le ministre, précisant "il a des enfants adultes qui travaillent".

"Nous avons été choqués, scandalisés même (...) On s'interroge" sur la diffusion par "France 3, France 2, TV5, RFI, des médias publics" de ces sujets, affirme M. Mba Obame.

L'enquête préliminaire de la police française sur ces biens "a été classée sans suite (...) Moi, on m'a appris le respect de la chose jugée (...). Il y a une volonté de nuire", selon le ministre.

Mardi, l'Assemblée nationale et le Sénatdu Gabon, réunis spécialement en Congrès, avaient également dénoncé une "campagne de dénigrement" contre le président gabonais.

Cette affaire ainsi que la reconduite aux frontières françaises de deux étudiants gabonais, en février, pour "résultats universitaires insuffisants", ont débouché sur un net refroidissement des relations entre Paris et Libreville.

Publié dans L'AFRIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article