Violences au Cameroun : 40 morts selon un nouveau bilan officiel

Publié le par Afp

1274168839-les-emeutes-auraient-fait-plus-de-100-morts-au-cameroun.jpgYAOUNDÉ (AFP) — Les violences qui ont secoué le Cameroun fin février ont fait 40 morts selon un nouveau bilan officiel dressé lundi par le gouvernement qui en recensait jusqu'à présent 24.

Ce nouveau bilan prend en compte les personnes qui ont "succombé à leurs blessures" dans les hôpitaux, a affirmé à la presse le ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation, Hamidou Yaya Marafa.

Ce chiffre est rendu public alors que la Maison des droits de l'Homme, une organisation camerounaise affiliée à la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), chiffre depuis début mars le bilan à "plus de 100 morts".

Selon le ministre, trente des 40 victimes ont été tuées dans la seule province du Littoral, incluant la capitale économique, Douala, où les premières violences avaient éclaté en marge d'une grève des transporteurs.

Selon son décompte, deux autres personnes sont mortes dans la capitale, Yaoundé, cinq dans la province du Nord-Ouest, deux dans celle de l'Ouest et une dans celle du Sud-Ouest.

Les dégâts des émeutes qui ont touché 31 villes s'élèvent à 10 milliards de francs CFA (15 millions d'euros), a poursuivi le ministre. Une trentaine de stations-service ont été entièrement ou partiellement incendiées, a-t-il précisé.

La semaine dernière, le bilan des émeutes avait été établi par le gouvernement à 24 morts mais aussi 1.500 arrestations.

Les affrontements entre forces de l'ordre et manifestants ont secoué plusieurs villes du pays fin février, en marge d'un mouvement de contestation contre la vie chère et d'un projet de révision constitutionnelle qui permettrait au président Paul Biya, au pouvoir depuis 1982, de briguer un nouveau mandat en 2011.

Les violences ont pris fin après un discours musclé du chef de l'Etat, qui a implicitement accusé l'opposition d'avoir manipulé les manifestants afin de le renverser. L'armée a ensuite été déployée à Douala et Yaoundé.

Vendredi, le gouvernement a annoncé avoir suspendu les droits de douane sur plusieurs produits de première nécessité et qu'il allait augmenter les salaires des fonctionnaires.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article