Afrique : Opposition Africaine , Unissez-vous !

Publié le par Camer.be

Francafrique240108200.jpgLes événements de ces derniers mois  au Kenya, Tchad, et au Cameroun remettent au goût du jour le panafricanisme. Depuis là on ne cesse de vanter les éventuels bénéfices que les Africains auraient à tirer du panafricanisme.

Autant ces tragiques événements ont révélé l'unicité culturelle, économique (avec les discussions sur les accords d'APE entre l'Afrique et l'UE) et politique, autant ils ont mis à jour les insuffisances stratégiques de différentes oppositions et résistances africaines.
De ce fait, on arrive à admettre de plus en plus de façon évidente que la solution à toutes ces tragédies humaines devient panafricaine. 

 

Essayons de sérier les avantages que les africains peuvent-ils tirer du panafricanisme notamment sur le plan politique et économique voire culturel pour ne citer que ces trois grandes catégories.

 

Sur le plan politique,
 
En matière politique, les évènements au Tchad et au Cameroun, du fait de l'ingérence néfaste de la France, nous interpellent et confortent plus que jamais l’idée que les Africains doivent adopter la voie du panafricanisme, non seulement pour éviter que d'autres Etats africains servent de base arrière à d'éventuels "rebellions militaires", mais aussi que des pays étrangers au continent puisse s'immiscer sans crainte et surtout avec arrogance dans les affaires africaines.

 

La  lutte pour la démocratie et l’Etat de droit sera efficace que si tous les Africains se mettaient ensemble car les dictateurs eux sont unis entre eux et ont fait allégeance à l’Etranger (Occident ou l’Asie), il nous faut unir la diaspora comme au temps de la FEANF en ce qui concerne l’Afrique francophone par exemple sous colonisation française.

 

Il leur faut s’associer dans le combat pour installer l’Etat de droit. Imaginez un seul instant quel impact, aurait une manifestation qui se déroulerait au même moment à Paris, à Bruxelles, à Berlin, Lisbonne, Madrid, New York et dans toutes les capitales africaines, de façon simultanée de tous les Africains de l'Afrique centrale contre Biya, ou Deby, ou Bongo, ou Bozizé, ou Sassou ?

 

Cela ne peut se faire que si les Camerounais, les Tchadiens, les Gabonais, les Centrafricains, et les Congolais ont une vision panafricaine des problèmes, car l'UE (les Européens ) et les USA sont solidaires de ce qu’ils font en Afrique. La France a bien obtenu de l’ONU la force de l’EUFOR et une déclaration pour s’ingérer de plus belle dans les affaires tchadiennes ? Alors pourquoi les Africains ne s’ingérent-ils pas dans ce qui est de leur pays ?

 

Quel est le pays européen qui a critiqué l'affaire de l'arche de Zoé?

 

Malheureusement au niveau africain les opposants raisonnent de façon étriqués et continuent à manifester de la loyauté à leurs faux territoires crées de toutes pièces par les Occidentaux.

 

Par exemple, le Congo ou le Tchad actuels n'existaient pas avant le referendum de De Gaulle de 1958 ( referendum au passage qui prévoyait des indépendances sans division des fédérations) c'était l'AEF et Barthélemy Boganda de la Centrafrique qui incarnait un mode de lutte et de pensée panafricain a été tué pour cette vision des choses.
Pourquoi Bongo, Biya, Deby durent aussi longtemps dans leurs respectifs pays? C'est parce que les Congolais se disent que ce n'est pas leur problème, cette façon de voir est aussi valable chez les Camerounais, les Gabonais et  les Tchadiens, en ce qui concerne les problèmes du Congo.

 

C'est pour cela que selon moi les différentes oppositions en dépit de la loyauté à leurs respectifs territoires sont obligés de mener un combat au niveau panafricain.

 

Je suis convaincu que le combat d’unification et de mutualisation des luttes pour  l’instauration de l’Etat de droit, les libertés individuelles, développement économique et social, est de longue haleine ne serait pas vain.

 

L’aboutissement de ce combat vers le panafricanisme ouvrira des perspectives heureuses aux Africains et ces derniers se prendront en main pour la maîtrise de leur destin.

 

Ce qui se passe actuellement à l’Est du Congo démocratique et dans le Bas-Kongo devrait concerner tous les partis politiques et sociétés civiles qui luttent pour l‘état de droit et les libertés au Gabon, Cameroun, Angola.

 

C’est aussi le cas par exemple au Cameroun, de la révision de la constitution opérée  par Biya qui devrait interpeller les partis politiques congolais ou gabonais.

 

C'est ce qui explique pourquoi Sassou est encore au pouvoir et pour longtemps au Congo, car la France n'a pas encore en face des forces unies et en très grand nombre.

 

Comment peut-on expliquer les dernières rencontres Angela Merkel et Nicolas Sarkosy? On parle de réconciliation entre les deux et c’est ainsi que le projet français de l’union méditerranéenne inclut l’Europe plus particulièrement l’Allemagne.

 

En matière de défense territoriale et prévention des conflits

 

Aucun pays d’Afrique tout seul est capable de mobiliser plus d'un million de soldats en permanence et de suivre l’évolution technologique en matière d’armement et d’armée pour défendre son territoire.

 

Aucun pays côtier n’a la capacité de surveiller avec efficacité son territoire marin, qui est livré aux pirates européens et asiatiques, à tel point que d’ici 2050 il n’ y aurait plus de poisson dans les mers africaines.

 

L’Afrique est le seul continent où la pollution marine est forte du fait de l’activité des étrangers, des bateaux qui dégazent en pleine mer sans s’en inquiéter, tout comme les compagnies pétrolières qui polluent le littoral, au Nigeria on ne peut plus se baigner sur une bonne partie du delta du Niger, c’est le cas sur m  golfe de Guinée au Congo où le littoral est souillé par les compagnies pétrolières.
 
Si depuis longtemps les populations et les combattants africains avaient une vision africaine des problèmes de chacun des territoires africains dessiné par les colonisateurs occidentaux, je suis convaincu que les imposteurs comme Denis Sassou ne serait pas revenu au pouvoir au Congo par les armes, parce sans Bongo et les bases militaires françaises de Centrafrique et du Gabon, Sassou Nguesso n'aurait pas gagné sa guerre contre le balbutiant et maladroit retour à la  démocratie congolaise et les Angolais qui doivent leur existence et indépendance au prix des sacrifices des populations paysannes congolaises n'auraient pas accepté la proposition française d’intervenir en faveur de Sassou, car on dit dans les milieux informés que c'est l'armée française qui aurait porté le coup fatal au gouvernement élu de Pascal Lissouba et que l'armée angolaise serait venue pour parachever la stratégie française, en l’occurrence celle de la compagnie pétrolière Total qui s’appelait à l’époque des faits ELF
 
En matière économique

 

L’exemple de la compagnie aérienne Air Afrique créée au début des années soixante qui rendit des grands services aux Africains, doit servir de preuve convaincante. Par son activité panafricaine, elle contribua à rapprocher les pays desservis par ses vols et permit l’acquisition d’une expertise africaine dans le domaine du transport aérien.
 
Imaginez dans le cas du pétrole et des autres matières premières, que l'Occident a besoin, tous les pays d'Afrique centrale étaient associés pour vendre leur richesse, je crois qu'ils tireraient un grand parti. Ces pays mettraient ensemble leur revenu pour construire les infrastructures nécessaires au développement.

 

Par exemple dans le domaine des transports, les ports de Douala (Cameroun), Pointe-Noire(Congo), Libreville(Gabon), Matadi (Congo Démocratique), Luanda (Angola) au lieu de se faire concurrence se mettraient ensemble dans un réseau multimodal intégré au bénéfice de tous les onze pays de la sous-région. Chaque port de cette sous-région en se spécialisant pourrait offrir plus de performances économiques dans une sorte de complémentarité.

 

Imaginez que les Africains d'Afrique centrale créent une compagnie maritime qui fasse du cabotage le long de la côte maritime depuis l'Angola jusqu'en Afrique de l'Ouest, quel outil formidable

 

Pour l'exportation des produits au Congo, par exemple pour le pétrole en se mettant sous l'autorité d'un parlement fédéral le pétrole du Congo allait échapper au dictateur maison. Ce serait pareil pour le Gabon où l’argent du pétrole ne sert pas les Gabonais.,

 

Pour moi, d'un point de vue géostratégique et des relations internationales au vu des enjeux futurs dus à la pression de plus en forte sur les matières premières,  aucun pays d’Afrique centrale, le Congo par exemple n’est viable en tant qu’entité politico-économique.

 

Aucun de ces pays ne peut satisfaire aux normes minimales d’un pays  tant du point de vue social, sanitaire( le système sanitaire de toute l’Afrique est le moins performant au monde), universitaire (l’Afrique est le seul continent qui ne possède pas de grande université de recherche), politique (les souverainetés africaines sont émasculées souvent par les puissances étrangères), économique, industriel(tous les pays africains importent leurs équipements industriels et produits), culturel (aucun pays africain a un marché du livre viable, tout comme pour celui du disque ou du cinéma, arts), agricole (tous les pays africains ne sont pas autosuffisants, une forte proportion des Africains surtout des enfants ne mangent pas à leur faim), même sportive (à ce niveau là les pays africains comptent sur les subventions des fédérations internationales et de la coopération « coloniale »).....

 

En matière d’éducation et de la recherche universitaire

 

Il en est de même pour le financement des Universités, aucune université nationale africaine ne dispose de moyens en hommes et en argent pour rivaliser avec la dernière université européenne ou d’Amérique latine, on créerait par exemple par domaine des pôles d’excellence pour la recherche et l’enseignement.
Ainsi Le brassage des étudiants dans ces entités, futurs décideurs, favorisera une dimension panafricaine de tout projet.

 

En matière culturelle,

 

Par exemple pour le cinéma, on pourrait se financer, imaginez que l’Afrique peut avoir son Bollywood avec son milliard d’Habitants. Un film distribué en Afrique unie pourrait être regardé par plus 10 millions de spectateurs.

 

Quel marché formidable pour le livre et la musique.

 

Cela ne peut être possible qu’avec un marché unique africain, des moyens de communication continentale.
Voilà de façon non exhaustive les raisons qui plaident pour que les sociétés civiles africaines, les gens de la connaissance et les futures élites renouvellent l’outil théorique du panafricanisme en tant que pensée et mode d’action pour l’Afrique de maintenant.
L’unification et la mutualisation   ne seraient que bénéfiques pour l’Afrique, il y va de la survie de chaque individu africain dans ce monde où les ressources et matières premières à l’industrie mondiale se raréfient et que l’Afrique possède près de ¾ de toutes les réserves mondiales. L’Occident comme dans le passé cherchera des moyens pour s’en emparer sans contrepartie équitable, pour cela il est de plus pressé par la Chine et l’Inde, d’où les déclarations des autorités françaises ( discours de Sarkosy au Cap après celui de Bockel) à propos de la françafrique.
Selon moi, chaque Africain ne représente rien sans les autres. C'est même pour ça que la colonisation perdure.
Il est clair que le panafricanisme ne veut pas dire la fin des territoires actuels mais au contraire signifie une mise en commun des efforts et moyens tant sociaux, politiques et économiques pour lutter  contre les envahisseurs étrangers et progresser ensemble.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article