Cameroun - Violences : Les chiffres du gouvernement

Publié le par Afrique centrale Infos

899817247cedb097a434.jpgLes violences qui ont secoué le Cameroun la semaine dernière ont fait une "vingtaine" de morts, selon un bilan encore non définitif fourni mercredi par le gouvernement, qui a démenti le chiffre de plus de 100 personnes tuées avancé par une ONG. "Le nombre de victimes des violences entre manifestants et forces de l'ordre se situe autour de la vingtaine", a déclaré le ministre de la Communication, Jean-Pierre Biyiti Bi Essam, précisant que ce bilan n'était pas définitif.
La Maison des droits de l'Homme, une organisation camerounaise affiliée à la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), a déclaré mercredi que les émeutes dans plusieurs villes de l'Ouest ainsi qu'à Yaoundé et Douala, les capitales administrative et économique, avaient fait "plus de 100 morts".

"On peut déjà dire qu'il y a plus de 100 morts. Les informations remontent vers nous chaque jour et nous continuons à les affiner", avait affirmé dans la matinée à l'AFP la responsable de cette ONG, Madeleine Afité, estimant qu'il serait très difficile d'arriver à un "bilan précis" en raison "d'opérations d'intimidation menées par le pouvoir".
"Le bilan de Mme Afité est faux, je ne sais pas d'où vient ce chiffre", a protesté le ministre de la Communication.

Les affrontements entre forces de l'ordre et manifestants ont secoué plusieurs villes du pays la semaine dernière, en marge d'un mouvement de contestation contre la vie chère et d'un projet de révision constitutionnelle qui permettrait au président Paul Biya, au pouvoir depuis 1982, de briguer un nouveau mandat en 2011.

Les violences ont pris fin après un discours musclé du chef de l'Etat, qui a implicitement accusé l'opposition d'avoir manipulé les manifestants afin de le renverser. L'armée a ensuite été déployée à Douala et Yaoundé.

Publié dans L'AFRIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article