Cameroun : un mort lors d'une manifestation contre la révision de la Constitution

Publié le par Afp

douala.jpgDOUALA (AFP) — Un homme d'une vingtaine d'années a été tué samedi à Douala dans les violences qui ont eu lieu à l'occasion d'une manifestation contre la révision de la Constitution, a-t-on appris dimanche de sources gouvernementale et de l'opposition, dont les versions diffèrent.

L'opposition affirme que la police a tiré à balles réelles sur les manifestants alors que le gouvernement fait part "d'un mort par balle", tout en indiquant qu'il n'y a pas de lien entre cette manifestation et la mort de la victime.

"Nous avons constaté un mort par balles. On nous a signalé quatre autres personnes tuées mais nous sommes en train de vérifier ces affirmations en ce moment", a affirmé Achille Azenda, secrétaire provincial du Social Democratic Front (SDF), principal parti d'opposition qui avait appelé à la manifestation à Douala, capitale économique du pays.

"La police a voulu libérer la voie après que les jeunes avaient dressé des barricades. Elle a chargé en tirant à balles blanches puis à balles réelles", a-t-il dit.

Samedi en fin d'après-midi, la police avait dispersé la foule en faisant usage de gaz lacrymogène et de lances à eau. Des échauffourées avaient ensuite eu lieu dans le quartier entre manifestants, jeunes et forces de l'ordre.

La première charge de la police s'est produite alors que le SDF venait d'annoncer qu'il annulait la marche par peur de représailles policières.

Dans un communiqué lu à la radio nationale dimanche soir, le ministre de la Communication Jean-Pierre Biyiti Bi Essam donne une toute autre version des faits, affirmant: le SDF "a décidé du report de la marche (...) constatant le nombre insignifiant de militants présents (...) dispersés par les forces de l'ordre sans incident majeur".

"Quelque temps après, au-delà de 18h30", à deux km du lieu de la manifestation, "à la suite d'un accident de la circulation, des bandes de jeunes dont certains scandaient "Libérez Equinoxe" (télévision suspendue, ndlr) (...) ont dressé des barricades, allumé des pneus avant d'incendier un bus et piller des stations-service", a assuré le ministre.

"Les forces de l'ordre sont intervenues" et les "affrontements ont fait un mort par balle et un blessé grave", a-t-il ajouté.

Les manifestations dans la région du Douala sont interdites depuis la mi-janvier par le pouvoir.

Au pouvoir depuis 1982, le président Paul Biya tente de faire passer une révision constitutionnelle visant à supprimer la limitation des mandats présidentiels et lui permettre de se représenter en 2011.

La chaîne de télévision privée Equinoxe TV a été fermée jeudi par l'Etat camerounais qui lui reproche de ne pas s'être acquittée de droits de diffusion, un "prétexte pour gêner un média opposé à la décision du pouvoir de réformer la Constitution", a estimé l'organisation de défense des journalistes Reporters Sans Frontières.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article