Guinée Equatoriale - Argentine : Kirchner dit ses quatre vérités à Obiang

Publié le par Afrique Centrale Infos

kirchner.jpgLa présidente argentine Cristina Kirchner a critiqué la situation des droits de l'homme en Guinée équatoriale en recevant mercredi soir à Buenos Aires le président de ce pays africain, Teodoro Obiang Nguema. "Je ne peux pas ne pas exprimer, Monsieur le président, notre préoccupation pour la situation qui a été dénoncée par les Nations Unies en ce qui concerne les droits de l'homme dans votre pays", a déclaré Mme Kirchner à son homologue équato-guinéen, citée par l'agence officielle Telam.
"Peut-être, de tous les accords que nous avons signés, le plus important est celui concernant la coopération en matière de gouvernance et de droits de l'homme, ce qui est pour nous un thème central", a encore déclaré Mme Kirchner. Les deux pays ont également signé des accords de coopération en matière énergétique. La Guinée équatoriale est le 3e producteur de brut d'Afrique subsaharienne.

La visite du président de Guinée Equatoriale a été vivement critiquée par l'opposition argentine qui a qualifié M. Obiang Nguema de dictateur.

La troisième vice-présidente de la Chambre des députés Marcela Rodriguez (Coalition civique, opposition) a refusé de participer à une réception au parlement argentin en l'honneur du président équato-guinéen, assurant que ce dernier était "responsable de violations des droits de l'homme".

M. Obiang Nguema effectue une tournée régionale qui comprend, outre l'Argentine, le Venezuela, la Colombie, l'Uruguay et le Brésil.
Unique ex-colonie espagnole d'Afrique subsaharienne, la Guinée équatoriale est le seul pays hispanophone du continent. En juillet, une mission du Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme avait fait part de sa "profonde préoccupation" concernant les conditions d'emprisonnement et la situation des détenus" dans ce pays, dont certains "pourraient être qualifiés de politiques".

Publié dans DROITS DE L'HOMME

Commenter cet article