N'Djamena enquête sur le sort des opposants enlevés

Publié le par Bbc Afrique

20071004062104kouchner-afp22.jpgLe gouvernement met en cause les rebelles.

La France réitère sa préoccupation sur le sort des opposants tchadiens.
 

La France le principal allié du président Idriss Deby a une fois de plus haussé le ton mercredi par la voix de son chef de la diplomatie.

 

Bernard Kouchner se dit très préoccupé par le sort des trois opposants tchadiens.

 

Il souhaite notamment que toute la lumière soit faite sur cette affaire.

 

A l’observation les autorités tchadiennes n'ont pas toujours apporté de réponse à la demande de clarification à elles adressée par Paris qui souhaite savoir les lieux et les conditions de détentions des trois opposants.

 

Tout au plus le gouvernement tchadien a t- il annoncé l'ouverture d'une enquête judiciaire.

 

Objectif: déterminer comment l'ancien président Lol Mahamat Choua, l'ancien ministre Mahamat saleh et le député Ngarlejy Yorongar ont été arrêtés.

" Détail"

 

Hier, le ministre de l'intérieur Mahamat Bachir a mis en cause les rebelles car dit-il, la zone des domiciles des opposants dans N'djamena était sous contrôle des insurgés au moment des enlèvements des dirigeants de l'opposition.

 

Les familles des disparus ont un avis contraire. Pour elles, les disparus ont été enlevés par des soldats de l’armée tchadienne.

 

La semaine dernière le président Idriss Deby a indiqué ne pas être au courant de ces arrestations qu'il a qualifiées de détails.

 

Son premier ministre Kassire Koumakoye lui, a déclaré que ces opposants avaient été arrêtés par des hommes armés dont il affirme ignorer l'identité.

 

Le Comité International de la Croix Rouge a visité tous les lieux officiels de détentions de la capitale N'djamena sans avoir les traces des disparus.

Un halo de mystère semble donc pour l'instant entourer le sort des trois opposants tchadiens.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article