CENTRAFRIQUE / TCHAD - INSECURITE :AFIN D'ECHAPPER AUX COMBATS MEURTRIERS, DES MILLIERS DE REFUGIES CENTRAFRFRICAINS FUIENT VERS LE TCHAD

Publié le par MISNA

 

RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE   21/1/2006   13.32

Africa

REPRISE DE “MYSTÉRIEUX” AFFRONTEMENTS, DES MILLIERS DE CIVILS FUIENT AU TCHAD

Divers Divers, Brief

“Plusieurs milliers” de personnes fuient de nouveau des villages dans le nord de la Centrafrique pour échapper à des combats en cours entre l’armée centrafricaine et des groupes armés locaux non identifiés.

La MISNA l’a appris de sources des Nations unies, qui ont précisé que la grande majorité des civils déclare provenir du village de Bodjomo et des petits centres des environs (Markounda, Kabo), qui sont de nouveau depuis quelques semaines le théâtre de combats entre les forces armée de Bangui (qui seraient semble-t-il soutenues par l’armée française) et des groupes que le gouvernement de Bangui considère comme de simples “coupeurs de route” (bandits de grand chemin), mais que de nombreux observateurs évaluent comme une formation antigouvernementale à tous les effets.

 Cycliquement depuis plusieurs mois des vagues d’habitants des villages septentrionaux centrafricains franchissent la frontière voisine avec le Tchad, laissant derrière eux terres et habitations, mais aussi violences, incursions et combats. Selon les estimations diffusées par l’Onu, au moins 15.000 Centrafricains ont trouvé refuge au Tchad en deux flux différents, le premier en juin dernier le second en octobre, qui ont coïncidé avec deux campagnes armées. “La situation se détériore et potentiellement une crise humanitaire peut se vérifier. Si sur le terrain les choses ne s’améliorent pas et que l’argent n’arrive pas, on va vers la crise", font savoir des sources du bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’Onu (Ocha). Les besoins les plus pressants sont l’assistance médicale, les vivres, des tentes et de la nourriture. Mais, “le nord de la Centrafrique est désormais depuis plusieurs mois une zone off-limits que ce soit pour le personnel des Nations unies que pour celui des organisations non gouvernementales internationales et locales", ajoute la source. Le 30 décembre dernier, l’Union africaine a diffusé un rapport qui avisait que des groupes armés pas encore identifiés prépareraient une vaste offensive en République Centrafricaine.[VV]

 

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article