Centrafrique : Les militaires mettent les formes

Publié le par Afrique Centrale Infos

undefinedLes exécutions extrajudiciaires dans le nord de la Centrafrique perpétrées par les forces gouvernementales ont "chuté depuis six mois", a affirmé à Bangui Philip Alston, rapporteur spécial des Nations unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires. "Le nombre d'exécutions extrajudiciaires effectuées par les forces armées au nord du pays a chuté radicalement depuis six mois", a déclaré jeudi soir M. Alston.
"Ce constat repose sur des entretiens avec des témoins des incidents recensés et étayés et l'appréciation d'interlocuteurs bien renseignés", selon lui.

"Ceci ne signifie pas que toutes les exécutions aient cessé. Loin de là", a-t-il précisé, observant qu'"il faut admettre que la situation concernant les exécutions extrajudiciaires a connu une nette amélioration importante, ce qui est encourageant".

Dans un rapport publié en septembre, l'organisation Human Rights Watch (HRW) accusait l'armée centrafricaine d'avoir tué depuis mi-2005 des centaines de civils, incendié plus de 10.000 maisons et provoqué l'exode de milliers de personnes dans le nord du pays.

Les rebelles étaient également accusés d'avoir commis des "abus sérieux". Ce constat avait été confirmé par Amnesty international.

Sur la foi d'informations recueillies à Bangui et dans les camps de réfugiés centrafricains dans le sud du Tchad, HRW écrivait que "les habitants du nord de la Centrafrique sont abandonnés à la merci des groupes armés, des soldats gouvernementaux et de bandes de criminels armés qui tuent, détruisent et brûlent leurs biens et leurs maisons, pillent, enlèvent leurs enfants et violent en toute impunité".

Les autorités de Bangui avaient rejeté ces accusations, les qualifiant d'"allégations grotesques".

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article