Tchad : la France aurait participé aux combats

Publié le par La Croix

arm-e-fran-aise.jpgSelon La Croix, les forces spéciales françaises ont bien pris part aux affrontements. L'Etat-major dément formellement.

 

«En dépit des assurances données par les responsables français et tchadiens, des troupes françaises ont été engagées dans des combats visant à contrer l'offensive rebelle». La Croix l'affirme vendredi en citant des sources militaires et diplomatiques : la France a soutenu militairement le gouvernement d'Idriss Déby.

 

Selon le journal, «des officiers français ont notamment coordonné l'attaque menée le 1er février par l'armée tchadienne contre la colonne rebelle à Massaguet», tandis que «des éléments du Commandement des opérations spéciales (Cos) français» se sont également impliqués «dans les combats de N'Djamena».

 

 

L'Etat-major dément

 

L'Etat-major a formellement démenti ces informations. «Il n'y a eu aucune participation directe aux combats», affirme le commandant Prazuck, son porte-parole. «Ces informations n'ont «pas le moindre début de réalité». Il reconnaît seulement qu' «il y a eu fourniture de renseignements, et des échanges de tirs quand les convois ont été pris sous des feux croisés». Même son de cloche au ministère des Affaires étrangères.

 

Liée au Tchad par un accord technique, la France affirme n'avoir fait que s'y conformer, en assurant le ravitaillement des forces d'Idriss Déby en munitions et en lui fournissant des renseignements militaires. Les rebelles qui ont tenté de renverser le pouvoir en place la semaine dernière assurent au contraire que Paris a bien participé activement aux combats.

 

La question de l'engagement militaire éventuel de la France pose question, notamment à la veille du déploiement de la force européenne Eufor au Darfour. Le chancelier autrichien Alfred Gusenbauer a affirmé jeudi soir que «si un des pays membres de l'Eufor prenait activement part aux combats en mettant des troupes à disposition d'une des parties, l'UE devrait reconsidérer l'engagement de l'Eufor».

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article