CENTRAFRIQUE - OPPOSITION ARMEE : L'UNION DES FORCES REPUBLICAINES EXIGE LA DEMISSION DE BOZIZE

Publié le par LE CONFIDENT

NAISSANCE DE L'UFR: INTERVIEW EXCLUSIVE DU Lt F. FLORIAN BEDAYA NDJADDER

La période post-électorale a été marquée en république Centrafricaine par la résurgence de l'insécurité dans le nord et le nord-ouest. Cette insécurité est entretenue par des bandes armées non identifiées qui lancent des attaques sporadiques dans certaines villes de l'arrière pays.
Face à ce phénomène qui empêche la population de ces zones, les opérateurs économiques, les exploitants miniers et les éleveurs de vaquer à leurs occupations, la presse n'a cessé d'interpeller les autorités politiques et militaires, la communauté nationale sur la nécessité de se mobiliser pour l'éradiquer. Mais le gouvernement semble faire du problème d'insécurité une question tabou.
L'Union des Forces Républicaines (UFR) a, dans un communiqué de presse, parvenu par e-mail à notre rédaction, « annoncé au peuple centrafricain » et « à la communauté internationale la création d'une force républicaine composée de plusieurs forces issues des différentes couches de la population centrafricaine pour un changement radical par la force en République Centrafricaine ». Le Com-Force de ce mouvement armé, Le lieutenant François Florian N'djadder-Bedaya des Forces Armées Centrafricaine (F A C A), fils de feu Général de Division François N'djadder-Bedaya mort suite au coup d'Etat manqué du 28 mai 2001 à Bangui a bien voulu accorder à notre reporter Chantal Bangui une interview électronique. Vous trouverez ci-joint la liste des membres qui composent cette force.



NAISSANCE DE L'UFR: INTERVIEW EXCLUSIVE DU Lt F. FLORIAN BEDAYA NDJADDER
Le Confident : Pourquoi voulez-vous déstabiliser par les armes le régime sorti démocratiquement des urnes ?
Florian N'djadder Bedaya Je voudrais d'abord vous remercier pour le travail que la presse privée (Geppic) ne cesse de faire en dépit des pressions que les journalistes centrafricains sont victimes par les sbires de Bozize Yangouvonda et qui empêchent la presse publique et privée de s'exprimer et d'informer le peuple, c'était pour mémoire le cas de l'arrestation du journaliste Maka Gbossokoto du journal Le Citoyen et [Judes Josse, Ndlr] du journal l'Hirondelle, condamné malgré l'intervention de la Ligue Centrafricaine des Droits de l'Homme (LCDH) et du Groupement des Éditeurs de la presse privée et Indépendante de Centrafrique (Geppic).C'est pourquoi je vous souhaite courage, courage dans votre délicate mission… Mais pour revenir a notre question d'introduction selon vous c'est un régime sortie des urnes mais vous oubliez de signaler :le hold-up électoral par des élections indignement volées au peuple,et les recours restés sans suite.
Notre lutte se veut, une lutte Républicaine, contre:
* Le détournement des deniers publics
*L'incompétence et l'irresponsabilité des dirigeants face à l'avenir du Peuple Centrafricain.
*Le hold-up électoral
*Les problèmes des:
-Arriérés de salaires cumulés et le nom payement à terme échu des salaires
-Le déblocage effectif des salaires par rapport au SMIG et le niveau de vie
-Le payement des bourses et des pensions aux retraités...
Nous Pouvons citer l'exemple de la transition échouée de Bozize Yangouvonda.
NB: exemple de la transition
Notre calcul arithmétique laisse croire inévitablement que si pendant 2 ans de transition le gouvernement a accusé neuf (09) mois de retard de salaires alors résolvons:
-Si 2 ans=9 mois de retard de salaires (preuve d'incompétence à gérer le pays
-Donc en 4 ans =18 mois de retard de salaires soit 1 an et 6 mois; par déduction
-En 5 ans = 24 mois de retard de salaires soit 2 ans!!!
Quelle est cette jeunesse qui acceptera de voir mourir à petit feu d'ici cinq ans son peuple tandis que l'aide budgétaire accordée par les amis de toujours à l'instar de la France, est détournée au profit d'une classe minoritaire?

LC. : Ne pensez-vous pas qu'il ne revient qu'au peuple qui l'a élu majoritairement de le juger à la fin de son mandat conformément à la Constitution ?
F. N-B S'il revient au peuple de le juger à l'issue de son mandat, par conséquent, il ne revenait pas à Bozize Yangouvonda de déstabiliser le 15 Mars 2003 son prédécesseur Ange Félix Patasse. Par conséquent Bozize Yangouvonda nous sert de modèle de démocratie...
...élu majoritairement! (rires) élu majoritairement par fraude, oui . Mais de quelle constitution faites-vous allusions ? Ne savez-vous pas que Bozize Yangouvonda Francois a violé la constitution ? C'est d'ailleurs pour cette raison que l'UFR, ayant pris acte de la violation de la Constitution centrafricaine, a recommandé la démission inconditionnelle de Bozize Yangouvanda François pour motifs:
-Incompétence
-Indignité et trahison ... Contraire à notre devise garantie par la constitution Centrafricaine à savoir: Unité-Dignité-Travail
L'exemple d'indignité: vente de diamants illégale en Allemagne. Pour votre mémoire Bozize Yangouvonda François a été interpellé par la Police Allemande pendant son "Voyage Clandestin" qu'il a effectué en Allemagne pour y vendre des diamants frauduleusement volés au peuple centrafricain.
A cet effet, huit partis politiques de l'opposition ont interpellé Bozize Yangouvonda mais, sans suite. Est-ce là la dignité du Centrafricain ? Le 28/07/04 (AFP).

Que voulez-vous exactement ?
F. N-B La démission de Bozize Yangouvonda et de son gouvernement. Dès sa démission, nous garantirons la sécurité de sa famille et de ses biens sans exception.
Dans le cas contraire, le peuple sera témoin de sa volonté à vouloir pérenniser la souffrance de ce peuple épris de : Paix-Justice-Liberté.

LC. : Vous demandez fermement la démission du président Bozize, ce qui n'est d'ailleurs pas logique. S'il arrivait à démissionner, la gestion du pouvoir reviendra au président de l'Assemblée nationale, selon la Constitution jusqu'à l'organisation d'une nouvelle élection. Seriez-vous prêt à vous soumettre à ce principe?
F-B.N Évidemment, car nous sommes des soldats républicains.

L.C : A combien estimez-vous vos hommes?
F. N-B Une question pertinente Chantal...Un (01) Bataillon Mixte (Hommes et Femmes).

L.C : Etes-vous politiquement soutenu ? Si oui, par qui ?
F. N-B Oui. Par qui ? Je ne peux vous répondre car, on ne cite pas les contemporains.

L.C : Où et comment vous procurez-vous des armes et vos moyens financiers ?
F. N-B Nos armes proviennent sans doute de la poudrière du Camp Beal...

L.C : Vous justifiez le départ inconditionnel du président Bozize par des motifs suivants : incompétence, indignité et trahison. Est-ce suffisants comme motifs pour prendre des armes ?
F. N-B Vu les circonstances et après avoir passé en revue les moyens possibles de faire face a cette crise financière galopante, le désordre organisé et entretenue par Bozize Yangouvonda et ces ex-libérateurs qui n'ont aucun respect pour les Institutions de la République (le cas du Sergent Sanze des Faca, extrait dans les locaux de la gendarmerie nationale pour être abattue froidement) nous sommes arrivés à souhaiter l'avènement de l'UFR parce que cela est devenue nécessaire et qu'il n'existe pas d'autres alternatives possibles pour stopper l'hémorragie interne en République Centrafricaine. Le fait pour nous jeunesse centrafricaine de céder ainsi à la nécessité de la force constitue donc un acte correct, légitime, fondé et bienséant. Nul ne pourra contester cette légitimité et prétendre ignorer les actes de barbaries de certains libérateurs de Bozize Yangouvonda. A ce propos Mgr Pomodimo avait souligné lors d'un grand culte à la cathédrale de Bangui:
Je cite "demandant à Bozize Yangouvonda d'attacher ses chiens (libérateurs)...".

L.C : Que pensez-vous de l'effort que le gouvernement est en train de faire en payant trois salaires en moins d'un mois ?
F. N-B : OK ! Mais c'est pas seulement le problème de salaires, il y a le problème de l'impunité entretenu par Bozize et les ex-libérateurs sur la population centrafricaine, les éléments des Forces armés centrafricaines (le cas du Lt Patrick Assombele de la Faca-Bmia) assassiné par les ex-libérateurs) bref ils sont libres ces criminels et circulent en toute liberté.
Je vous pose la question si face aux multiples crimes du Lt Dogo a-t-il une fois été jugé et condamné? C'est un régime d'impunités ou seuls les criminels sont libres.

L.C : Un pacte de non agression a été signé par les Etats membres de la Cémac. Le président Déby vient d'être solidairement soutenu par ses pairs de la Cémac et aussi par le gouvernement français. Ne pensez-vous pas que votre lutte risque d'être vaine ?
F. N-B: “Wait and see…”

L.C : Vous demandez, dans votre communiqué, aux troupes de la Cémac de ne pas s'ingérer dans cette affaire que vous qualifiez de strictement intérieure à la RCA. D'après-vous, quelle est donc la mission de la Cémac en Centrafrique ?
F. N-B : Une mission de sécurité certainement, mais il y a les ordres et les contre ordres ne le savez-vous pas?

LC. : Opération panthère est le nom de code de votre défunt père le très respecté général de division Bedaya N'Djadder. Ne pensez-vous pas que utiliser ce code pour une cause impopulaire et anticonstitutionnelle est une insulte à sa mémoire ?
F. N-B : Il ne faut surtout pas mélanger les pédales .Le choix de :
E-mail: operationpanthere@yahoo.fr c'est l'adresse par E-mail de la représentation de L'UFR au R D Congo.
Le choix du nom de l'animal panthère se justifie par:
- la rapidité
- la souplesse dans le déplacement et surtout
- l'agressivité comme la force de L'UFR...
Le style de notre combat c'est la "guérilla ". C'est pour cette raison que L'UFR demeure efficace et discret dans le combat.
Contrairement aux allégations du gouvernement, nous ne sommes pas des coupeurs de routes, ni des zaraguinas, ni des bandits non identifiés.


COMPOSITION DE L'ETAT MAJOR DE L'UFR

Le Haut Commandement :

Le Commandement des Forces Républicaines (Com-Forces-UFR)
Com- Forces : Le Lieutenant BEDAYA – N'DJADDER.François. Florian
Com-Forces Adjoint : LAWANN Abdouramane

Le Haut Commandement Adjoint : Composé de quatre (4) Commandants de zones Militaires (Nord-Sud-Est et Ouest).

Com . Zone (Nord) : Le Lieutenant M'BAITEL BE RAMADJI
Adjudant Chef BONDODET. B

Com . Zone (Sud) : Le Lieutenant LINGOUPOU FRANCK
Adjudant Chef ONDOMATA

Com . Zone (Est) : Le Lieutenant GREMBE.D.
Adjudant Chef : GUERRE KOYADA

Com .Zone (Ouest) : Le Lieutenant ANDJIDA MAGALET
Adjudant Chef ALBATROS

Mardi 17 Janvier 2006
Propos recueillis par Chantal Bangui
Lu 1014 fois


Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article