Tchad : le déploiement de l'Eufor "suspendu jusqu'à mercredi" (ministre français)

Publié le par Afp

ALeqM5gZfrEdN8dd-IxJUt7j-f2Vqe93Ww.jpgPARIS, 3 fév 2008 (AFP) — Le ministre français de la Défense Hervé Morin a annoncé dimanche que le déploiement de la force européenne Eufor au Tchad et en Centrafrique était "suspendu jusqu'à mercredi" en raison des combats.

"Pour l'instant, (le déploiement de) l'Eufor est suspendu de quelques jours, jusqu'à mercredi", mais "personne" n'a l'intention de renoncer à cette opération, a déclaré M. Morin à la radio Europe 1.

La force européenne, qui doit être déployée dans l'est du Tchad et en Centrafrique (Eufor), vise à protéger 450.000 réfugiés du Darfour (ouest du Soudan) et déplacés tchadiens et centrafricains.

Dans une interview à l'hebdomadaire français Le Journal du Dimanche, le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner déclare qu'il "ne croit pas" que l'offensive des rebelles tchadiens puisse compromettre ce déploiement.

Dans ce même journal, le chef des rebelles du Rassemblement pour le Changement (RFC) entrés dans N'Djamena samedi, Timane Erdimi, a indiqué que son mouvement ne voyait "plus aucun inconvénient" à la présence de l'Eufor au Tchad. "Si l'Eufor a une mission noble qui consiste à sécuriser les populations déplacées et les populations réfugiées, nous ne voyons plus aucun inconvénient à sa présence", a-t-il déclaré au journal.

Quant au ministre autrichien de la Défense Norbert Darabos, il a indiqué que son pays envisageait de retirer une partie de ses soldats déployés au Tchad au sein de la force européenne en raison des combats.

"Il n'y a pas de menace directe sur notre unité", mais "nous ne voulons pas prendre de risques inutiles et nous préparons un retrait", a-t-il déclaré au quotidien autrichien Österreich.

Plus tôt, le porte-parole du ministère autrichien de la Défense, Stefan Hirsch, avait déclaré à l'AFP que 17 soldats autrichiens se trouvaient au Tchad au sein d'une unité avancée de l'Eufor Tchad-RCA. D'ici à mai, l'Eufor Tchad-République Centrafrique doit déployer quelque 3.700 militaires, dont 2.100 Français, 400 Irlandais et 400 Polonais.

L'UE avait retardé vendredi l'envoi de troupes autrichiennes et irlandaises dans le cadre de cette mission en raison des combats.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article