L'Afrique et des pays occidentaux "complices" du chaos au Tchad

Publié le par Afp

photo_1201969568725-1-0_h192.jpgLa Rencontre africaine pour la défense des droits de l'Homme (Raddho), ONG basée à Dakar, a accusé samedi l'Afrique et "certains pays occidentaux" d'avoir apporté un "soutien complice" à l'anarchie et au chaos régnant au Tchad, où des rebelles se sont emparés de la capitale.

"Il est temps de mettre un terme à la situation d'anarchie et de chaos qui règne au Tchad dans l'indifférence ou le soutien complice de la communauté africaine et certains pays occidentaux", déclare la Raddho dans un communiqué transmis à l'AFP.

L'ONG accuse les communautés africaine et internationale d'avoir, "par silence, lassitude et impuissance", légitimé une "forme d'autisme politique" que, selon elle, le président Idriss Deby Itno "incarne jusqu'à la caricature".

Elle affirme qu'elle "condamne par principe toutes les formes de prise de pouvoir par la violence". Mais, précise-t-elle, elle "reste totalement lucide sur les impasses politiques, blocages institutionnels, constitutionnels et politiques de toutes sortes qui n'offrent que la violence comme forme de changement de régime".

"La Raddho recommande l'arrêt des combats" et appelle à une "concertation nationale" sous l'égide de l'ONU et de l'Union africaine, en se demandant cependant "pourquoi (il y a) autant de sollicitude pour le Kenya et d'indifférence pour le Tchad" de la communauté internationale.

Les rebelles tchadiens se sont emparés samedi matin de N'Djamena, la capitale, après quelques heures d'affrontements avec les troupes gouvernementales. Le président Deby Itno résistait samedi après-midi depuis le palais présidentiel, de source militaire tchadienne.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article