Crise au Tchad : confusion autour du sort du président Déby

Publié le par Rue 89

20080201Sarkozydeby.jpgLa plus grande confusion régnait vendredi soir sur le sort du Président tchadien Idriss Déby, menacé par une colonne rebelle venue du Soudan. La survie du régime tchadien dépend en particulier de l'attitude de la France, liée au Tchad par des accords de coopération militaire, et qui dispose d'un contingent militaire sur place. La France a plusieurs fois sauvé le régime de Deby par le passé.

 

Selon un informateur à N'Djamena, il n'y aurait pas eu de combats vendredi dans la capitale, mais la population vit dans la peur d'une reprise de la guerre dans la capitale. Selon notre source, les troupes gouvernementales semblent particulièrement démotivées et peu susceptibles de se battre pour sauver le régime. L'aéroport de N'Djaména a en tout cas été fermé et les vols internationaux à destination de la capitale tchadienne annulés.

 

Dans la soirée, la revue spécialisée Marchés Tropicaux avait annoncé le renversement d'Idriss Déby. Mais la nouvelle ne pouvait pas être confirmée localement. Au Ministère des Affaires étrangères, à Paris, on n'était pas non plus en mesure de confirmer ou de démentir cette information.

 

Cette nouvelle crise intervient au moment où vient d'être annoncé le prochain déploiement de la force européenne (Eufor) au Tchad pour protéger les réfugiés soudanais et en Centrafrique. L'Eufor a annoncé un report dans le déploiement des premiers contingents. Le renversement d'Idriss Déby risquerait de compromettre ce déploiement, et constituerait un sérieux revers pour Paris qui doit fournir la majeure partie des effectifs de l'Eufor et s'est sérieusement engagée dans cette affaire.

 

Arrivé lui même au pouvoir par un coup d'Etat contre Hissène Habré, Idriss Déby a toujours été soutenu par la France. Plusieurs tentatives de coup d'Etat ont précédemment avorté grâce à l'intervention militaire française, notamment en avril 2006. La rébellion tchadienne dénonce régulièrement les interventions de l'armée française.

 

Depuis une semaine, une colonne rebelle d'environ 150 véhicule en provenance du Soudan a progressé dans le pays sans rencontrer de résistance. Vendredi matin, à près de 100 kilomètres de N'Djamena, la capitale, des combats ont opposé les rebelles à l'armée tchadienne. La France ne serait pas intervenue, d'après Marchés tropicaux.

 

Zineb Dryef et Pierre Haski

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article