Centrafrique : Pas au courant, le ministre démissionne

Publié le par Afrique centrale infos

1324035194479fa444ad913.jpgLe ministre centrafricain de l'Education nationale, le Dr Bernard Lala Bonamna, a démissionné mardi parce qu'il n'a pas été consulté sur sa nomination dans le nouveau gouvernement constitué la veille. "J'ai envoyé ma lettre de démission au président de la République, parce que je n'ai pas été consulté, alors que l'usage veut que les futurs ministres cadres de ce pays soient consultés", a déclaré M. Lala Bonamna, qui était ministre de la Santé dans le précédent gouvernement.
"J'ai appris ma nomination comme tout le monde. Donc j'ai été bouté de mon poste et envoyé sur un autre poste. J'en suis à me demander si j'ai failli à la mission qui m'a été confiée. J'ai demandé qu'on me donne des explications. Puisque je n'ai pas eu ces explications, j'ai décidé de partir", a-t-il dit.

Le Dr Lala Bonamna, ayant travaillé à l'Institut Pasteur puis à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), affirme que cette manière de faire constitue "un traitement inique et unique". Il refuse d'être traité "avec ingratitude" voire "désinvolture".

Proche du président de Centrafrique, François Bozizé, Bernard Lala Bonamna était entré au gouvernement en février 2006.

Le nouveau Premier ministre centrafricain, Faustin-Archange Touadéra doit gérer une situation difficile, avec notamment pour tâche de calmer une forte tension sociale, liée à une grève des fonctionnaires qui perdure.

Ces fonctionnaires exigent du gouvernement le paiement de plusieurs mois d'arriérés de salaires et leur déblocage, alors que la Centrafrique, un des pays les plus pauvres de la planète, manque cruellement de moyens financiers.

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article