Region : Les turpitudes de la françafrique !

Publié le par Afrique Centrale Infos

23843181647985e6192b67.jpgDans un éditorial intitulé « Bannissons la françafrique ! » publié par l’hebdomadaire L’Union au Togo, le journaliste Koffi Souza revient sur les propos du ministre français Jean-Marie Bockel qui la semaine dernière dénonçait des relations troubles entre Paris et certains régimes africains. L’hebdo togolais écrit que « les responsables français n’ont pas encore compris, c’est que l’époque est finie où les dirigeants africains étaient des marionnettes dont on pouvait tirer les fils depuis Paris ».

L’habitude s’est prise de distinguer les relations entre la France et l’Afrique et la françafrique un réseau supposé de relations troubles du village franco-africain. En imputant ces déviances aux seuls dirigeants africains, le secrétaire d’Etat français Jean-Marie Bockel s’est attiré de vertes réactions de plusieurs chefs d’Etat africains ; Les présidents Paul Biya (Cameroun), Denis Sassou N'Guesso (Congo) et Omar Bongo (Gabon)  ont appelé la Présidence française pour protester contre les propos tenus par M. Bockel.

Mais c’est du Gabon qu’est venue la réaction la plus vive. Omar Bongo, a jugé "inacceptables" les propos du secrétaire d'Etat français. Plus, dans un communiqué, le gouvernement gabonais a exprimé sa "surprise" à l'égard "des clichés méprisants faisant des Etats africains de vulgaires mendiants sollicitant sans fin l'aumône de la France"."Cette attitude (est) d'autant plus inacceptable quand on sait les avantages que tirent la France et les autres Etats occidentaux de leurs rapports économiques depuis toujours, avantages mutuels par ailleurs. ». Et le Gabon menace dorénavant de se tourner vers d’autres partenaires plus respectueux de sa souveraineté.
 
Ce que les responsables français n’ont pas encore compris, c’est que l’époque est finie où les dirigeants africains étaient des marionnettes dont on pouvait tirer les fils depuis Paris.
 
Une nouvelle génération africaine est née attirée encore par la France mais qui n’est pas pour autant prête à accepter tout et n’importe quoi. Le Gabon est à cet égard bien placé pour savoir que les « turpitudes » de la françafrique lui sont souvent imposées par les vertueux qui prétendent les dénoncer publiquement .
 
Alors , bannissons la françafrique mais aussi la trop fréquente hypocrisie qui l’accompagne.

Koffi Souza
© L’Union (Togo)

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article