Centrafrique : Deux ans requis contre Faustin Bambou

Publié le par Afrique Centrale Infos

1186430967-Liberte-Presse-Gabon.jpgLe procureur de Bangui Firmin Féïndiro a requis lundi deux ans de prison ferme contre le journaliste centrafricain Faustin Bambou, jugé pour "incitation aux troubles à l'ordre public et à la révolte, diffamation et injures". Le procès du directeur de la publication de l'hebdomadaire Les Collines de l'Oubangui s'était ouvert dans la matinée devant un tribunal de la capitale centrafricaine en présence du prévenu.
Dans son réquisitoire, le procureur a également demandé que le journaliste soit condamné à payer une amende de 3 millions de francs CFA (4.573 euros) d'amende.

Les avocats de la défense se sont retirés peu après le début du procès à la suite du rejet, par le tribunal, d'une demande de nullité qu'ils avaient présentée. Ils n'ont donc pas prononcé leurs plaidoiries avant que le jugement ne soit mis en délibéré au lundi 28 janvier.

Arrêté le 11 janvier sur ordre du parquet, Faustin Bambou a été inculpé et écroué trois jours plus tard.

Il est jugé pour un article dans lequel il accuse deux membres du gouvernement centrafricain d'avoir touché plusieurs milliards de francs CFA (un milliard de francs CFA vaut 1,5 million d'euros) du groupe nucléaire français Areva, qui a racheté en juillet le gisement d'uranium de Bakouma (nord-est).

"J'assume la responsabilité de mon article. C'est moi qui ai mené les enquêtes pour publier cet article", a déclaré Faustin Bambou à l'audience, retransmise en direct à la radio nationale.
Selon une source judiciaire, cet article a contribué à la prolongation d'une grève des fonctionnaires entamée le 12 janvier et toujours en cours.

En début de procès, les avocats du journaliste avaient fait valoir qu'aucune plainte n'avait été déposée contre lui au moment de son arrestation. Ils ont estimé que c'était le parquet qui a par la suite incité les ministres mis en cause dans l'article incriminé à porter plainte.

Lundi, les éditeurs de presse centrafricains ont refusé de faire paraître leurs journaux, comme ils le font depuis jeudi, pour protester contre l'arrestation de Faustin Bambou.
Publié le 21 janvier 2008.

Publié dans JUSTICE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article