CENTRAFRIQUE - O.N.U : LES DROITS DE L'HOMME SONT ILS NEGOCIABLES ?

Publié le par JEUNE AFRIQUE.COM

Lente amélioration des droits de l'homme
CENTRAFRIQUE - 10 janvier 2006 - par XINHUA



Une lente amélioration des droits de l'homme s'est faite sentir en République centrafricaine depuis le retour à la légalité constitutionnelle, a déploré le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan dans un récent rapport présenté au Conseil de sécurité.

" La situation générale des droits de l'homme s'améliore lentement depuis le retour à la lé galité constitutionnelle en République centrafricaine. Toutefois, ces droits sont encore fréquemment violés de manière flagrante", a indiqué le secrétaire général dans son rapport portant sur la situation en République centrafricaine et sur les activités du bureau des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine ( BONUCA).

"Le retour à la légalité constitutionnelle est l'occasion de renforcer l'état de droit par la consolidation des nouvelles institutions et la remise en état des infrastructures de base, d'assainir durablement la situation financière difficile du pays, d'améliorer la gouvernance et de garantir le respect des droits humains et la s écurité du territoire", poursuit-il.

Le rapport reconnaît aussi l'immensité de la tâche à accomplir, laquelle, selon M. Annan, n'est pas à la portée de la République centrafricaine toute seule, "qui demeure convalescente du fait des crises politico-militaires et des tensions sociales qu'elle a connues récemment encore".

Il a appelé les institutions financières internationales à faire preuve de flexibilité pour continuer d'apporter au gouvernement centrafricain leur appui technique et financier, en vue de la reconstruction et du relèvement du pays.

Le secrétaire général a également souligné que "ce n'est pas seulement la situation interne spécifique du pays qui requiert cette assistance multiforme, mais également les développements militaires et humanitaires inquiétants observés dans certains pays voisins qui risquent, en cas d'escalade, de déstabiliser la République centrafricaine en raison de sa position géographique en Afrique centrale".

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article