BANGUI - INSECURITE : UNE JEUNESSE CENTRAFRICAINE SANS AVENIR,UNE JEUNESSE MANIPULEE

Publié le par LE CONFIDENT

LA JEUNESSE CENTRAFRICAINE ET LES ACTES DE VANDALISME



 

Igor Poussiti gardien volontaire bénévole du domicile de Me Tiangaye qui a reçu des balles dans les bras
Alors que le Président de la République, lors de son traditionnel discours à la nation le 31 décembre 2005 avait souhaité que les conditions de vie de la jeunesse centrafricaine soient prises en compte pour mieux la préparer à s'assumer, en lui offrant « des cadres adéquats d'expression de cette vitalité positive » ;
alors que le Forum National des Jeunes Chrétiens Catholique vient de terminer avec une note d'espoir pour cette jeunesse qui s'est rendue compte qu'elle est plus que jamais au centre de toutes les préoccupations de la Communauté ;
alors que la loi anti casseur avait été promulguée et publiée au journal officiel, des actes de vandalisme continuent d'être posés par cette jeunesse qui attend toujours des occasions infortunées pour défrayer la chronique et décrédibiliser davantage l'image de marque des jeunes centrafricains qui se cherchent encore, réduisant ainsi les chances de son intégration dans la vie socio professionnelle.
Pour mémoire, lors de la prise du pouvoir du Général Bozizé le 15 mars 2003, cette jeunesse s'était illustrée dans les pillages, les destructions de maisons et édifices publics et même des exactions extra judiciaire qui sont devenues monnaies courantes en Centrafrique, plaçant ipso facto le pays au rang des pays barbares, là où seule la loi du talion devrait régner. Les événements qui ont eu lieu ces derniers temps dans le quatrième arrondissement de Bangui en disent long sur le comportement des jeunes centrafricains qui cultivent le vandalisme comme valeur, l'incivisme et l'immoralité.
Ces genres de situations nous emmènent à nous poser la question suivante: quelle jeunesse pour quel avenir en Centrafrique ? La question mérite d'être posée et discutée, car s'il est évident que la jeunesse constitue l'avenir d'un pays, il n'en demeure pas moins qu'on ne saurait bâtir un pays avec une jeunesse divisée, dévergondée et toujours à la solde d'un groupuscule d'individus à la solde des hommes politiques.

Le corps de Marie-Francine Yaligaza abattu lors des évènements qui ont suivi les obsèques du Sgt Chef Sanzé
Ces actes de manipulation sont tellement gravissimes et constituent de ce fait, un danger certain pour l'avenir du pays. Il s'avère pressant que soient organisés les états généraux de la jeunesse centrafricaine afin de sortir un document de base qui fixera les droits et obligations de la jeunesse de notre pays dans la préservation de la paix, de l'unité surtout du patrimoine national.
Nonobstant les efforts que déploient certains jeunes centrafricains pour valoriser la République Centrafricaine dans le monde à l'exemple de Sophie Ducasse, première dauphine de Miss France 2005, le jeune Mayeul Nganafio dans la discipline de la lutte traditionnelle sans oublier le jeune romancier Benoît Kongbo et bien d'autres témoignant ainsi la capacité des jeunes du pays à relever certains défis de développement, certains jeunes ne semblent pas encore prendre conscience de ce que la reconstruction de ce pays a fortement besoin de leur participation.

Lundi 09 Janvier 2006
Fleury-K
Lu 221 fois


Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article