CENTRAFRIQUE - NORD DU PAYS : LE REGNE DE L'INSECURITE ET DE LA REPRESSION

Publié le par LE CONFIDENT

Le nord en proie aux violations des droits de l'Homme

Il est de coutume dans les pays au sud du Sahara, qu'une fois confronté à des problèmes, les dirigeants font recours à des méthodes de répression pour semer la terreur au sein de la population.





Ces derniers temps, le pouvoir de Bangui fait face à diverses crises, dues à des revendications salariales et à l'insécurité grandissante dans l'arrière pays et surtout dans le nord où l'on signale souvent des attaques à mains armées. Ces attaques sont attribuées soit à des coupeurs de route soit à des bandes armées non identifiées.
Concernant l'insécurité dans le nord, le gouvernement fait fie d'un mutisme qui ne dit pas son nom et se contente d'accuser les bandits de grands chemins. Ce mutisme, est qualifié de faux mutisme car, le gouvernement serait en train de transformer le nord en un champ de tir. Toute personne suspectée d'être de connivence avec les bandes qui agissent dans le nord, est immédiatement passée à la torture ou à l'exécution.
Pour cela, l'exemple des trois supposés soldats arrêtés à Bossangoa par le Lieutenant Ngaïkossé ces jours-ci, soit disant qu'ils seraient en train de fuir pour rejoindre la rébellion serait très patent. Ces trois malheureux seraient passés à tabac, torturés et en seraient sortis avec des blessures de toute sorte. Jusque là, on ne connaît pas leur sort après les traitements qu'ils ont subis.
A en croire les informations venant de cette localité, les éléments de la sécurité présidentielle sèment la terreur à Bossangoa et qualifient les autres éléments de FACA de traîtres. Tous ceux qui tentent de critiquer ces violations de droits de l'homme sont immédiatement placé dans les geôles ou doivent subir des corrections corporelles. Ils se livrent à des rapts et rackets.
Il faut signaler que vers la fin du règne du président Ange Félix Patassé, les villes du nord étaient devenues la cible des loyalistes parce que les habitants étaient indexés comme les complices du général Bozize qui dirigeait à cette époque une rébellion.
Cette situation interpelle les partis politiques, les défenseurs des droits de l'homme sans oublier la communauté internationale. La population du nord de la RCA doit vivre dans la quiétude et jouir de toutes ses libertés d'aller et venir. La RCA est en train de glisser dans une situation de non droit, où tout le monde fait à sa tête et les libertés bafouées. Une attention particulière doit être portée sur les compatriotes de ces zones en proie à l'injustice.


Mercredi 28 Décembre 2005
La Rédaction
Lu 90 fois

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article