QUAND LE RACISME TUE EN RUSSIE

Publié le par LE SOIR

Racisme: Deux Africains tués à Saint-Pétersbourg
(Le Soir 26/12/2005)



Un étudiant camerounais a été tué et un Kenyan grièvement blessé samedi soir par un groupe de jeunes à Saint-Pétersbourg, annonce la police de la ville dont un responsable a dénoncé un crime dû à des motivations ethniques.
Deux étudiants africains ont été attaqués par un groupe de jeunes. L'un a été tué sur place, l'autre a été blessé et hospitalisé", a déclaré l'officier de permanence de la police de Saint-Pétersbourg.

Selon la chaîne de télévision russe NTV, la victime était un étudiant camerounais, Léon Kanhem, 28 ans, habitant depuis trois mois en Russie. Il a été poignardé à deux reprises dans le cou par les jeunes, selon un témoin, aussi étudiant africain, interrogé par la chaîne. Les six jeunes, âgés de 16 à 20 ans, selon la police, ont ensuite grièvement blessé d'un coup de couteau au ventre un étudiant originaire du Kenya qui a été transporté à l'hôpital. Une première version des faits lui avait attribué la nationalité zambienne.

Le procureur de la région, interrogé par NTV, a déclaré que toutes les pistes, hooliganisme, acte raciste ou vol avec violence, étaient étudiées. Le responsable du syndicat des étudiants russes, Nikita Chaplin, a lancé un appel au président Vladimir Poutine et à son gouvernement pour qu'ils prennent personnellement la responsabilité de l'enquête, doutant de l'efficacité des autorités locales.

Selon l'agence Interfax, des étudiants étrangers ont décidé de se rendre sur les lieux du crime et réfléchissent à la manière de protester contre cette nouvelle agression qu'ils considèrent comme raciste. Le plus souvent, les forces de l'ordre russes préfèrent utiliser le terme de hooliganisme pour qualifier des attaques qu'elles rechignent à qualifier de racistes.

Parfois mortelles, ces agressions, commises souvent par des bandes de skinheads, se sont multipliées ces dernières années en Russie et notamment à Saint-Pétersbourg. Elles visent généralement les personnes originaires du Caucase et les ressortissants des ex-républiques soviétiques d'Asie centrale, mais aussi les Asiatiques et les Africains.

Fin octobre, un étudiant chinois avait été agressé par trois jeunes Russes. Mi septembre, un étudiant congolais attaqué par quatre jeunes avait succombé à ses blessures. Et en avril, deux Chinois avaient été hospitalisés après une agression dans le métro. Selon l'ONG Bureau moscovite pour les droits de l'Homme, 44 meurtres racistes ont été commis en Russie en 2004.



(D'après AFP)

© Copyright Le Soir

Publié dans LE MONDE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article