CENTRAFRIQUE - ELECTRICITE : LA VILLE DE BANGASSOU PLONGEE DANS LE NOIR ; LE PREFET REAGIT

Publié le par LE CONFIDENT

LE PREFET DU MBOMOU FUSTIGE LE GOUVERNEMENT

Décidément Monsieur Remy Semdouto, préfet du Mbomou n’est pas homme à se laisser faire.
Quelques jours seulement après la célébration du 1er Décembre dans sa localité, l’ENERCA vient d’ordonner la fermeture de courant dans la ville de Bangassou. Cette situation n’est pas pour plaire à M. Semdoutou, qui en a profité pour dénoncer certains maux dont se sont rendus coupables même certains membres du gouvernement.
Nous publions ici l’intégralité de la déclaration du préfet de Bangassou.

La ville de Bangassou est plongée dans l’obscurité. L’ENERCA n’accuse aucune panne. Elle a cessé volontairement de fonctionner et pour raison, les 1000 litres de gaz oïl pré financés par la Direction générale à Bangui auprès de Total ont été confisqués par le Chef de Station Total de Bangassou, pour une dette de carburant contractée par le Chargé de Mission au secrétariat général du gouvernement, chargé des Relations avec le Parlement, responsable et gestionnaire du comité d’organisation de la fête du 1er Décembre 2005 à Bangassou. La facture détaillée de carburant servi destiné dit-on à l’alimentation de seize (16) véhicules des officiers, supposés bénéficiaires dès le départ de Bangui de leur dotation en carburant aller et retour. Bangui, Bangassou, Bangui, cette facture détaillée de carburant d’un montant de 936.325 Frs, appelle de notre part beaucoup de réserves. Aussi, voudrions nous ici attirer très respectueusement la très haute attention de son Excellence Monsieur le Premier Ministre Chef du gouvernement et de Messieurs et Mesdames les membres du gouvernement, surtout de son Excellence Monsieur le Ministre Chargé du Secrétariat général du gouvernement, Président du Comité National d’organisation des fêtes, que les Objectifs novateurs recherches ?
Par son Excellence, Monsieur le Président de la République Chef de l’État, le général d’Armée François Bozizé Yangouvonda à travers les organisations de certaines manifestations dans l’arrière pays ne sont entre autres que de rapprocher davantage la population pour toucher du doigt leurs grands problèmes en vue de rechercher des solutions à court, moyen et long terme, d’aider les villes provinciales choisies pour abriter les fêtes à refaire partiellement leurs routes dégradées depuis plus d’une décennie, a bénéficié surtout du mobilier, des matériels et des médicaments à travers un budget adopté en conseil de ministre. Malheureusement, dès que les cérémonies prennent fin, les responsables d’organisation s’acharnent sur les équipements ayant permis l’organisation de la fête et presque tous les matériels amenés de Bangui sont presque tous repartis à Bangui. La question fondamentale qui mérite d’être posée est de savoir si le retour à Bangui après le 1er Décembre 2005 à Bangassou, tout ce qui a été ramené et comptabilisé et déposé en lieu sûr et la situation exacte soumise à l’appréciation du Conseil des Ministres. Si tel n’est pas le cas, la civilisation pour la bonne gouvernance, la lutte acharnée contre les biens de l’État dans notre pays, a encore du chemin à faire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE PREFET DU MBOMOU REMY SEMDOUTO
23/12/2005
Source :

http://www.leconfident.net

 

 

 

 

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article