La Centrafrique veut se doter d’une école de pharmacie

Publié le par APA

carte.jpgLes autorités centrafricaines examinent la possibilité de créer à Bangui une école de pharmacie, à la faveur du 5e forum pharmaceutique national qui s’est ouvert mardi dans la capitale centrafricaine sur le thème « le pharmacien face aux pathologies émergentes et réémergentes », a constaté APA.

Cet établissement qui verrait le jour dans le cadre de la communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), pourrait permettre à la Centrafrique de former sur place ses pharmaciens qui, pour la plupart, sont formés au Sénégal ou en France.

Le 5e forum pharmaceutique national doit réfléchir sur les voies et moyens d’améliorer l’accès aux médicaments en Centrafrique, en s’intéressant aux maladies émergentes et réémergentes telles que le VIH/SIDA, le paludisme, la grippe aviaire, la tuberculose, la fièvre hémorragique à virus Ebola (…). Lesquelles constituent une cause fréquente de décès et d’invalidité dans le pays.

Les assises de trois jours regroupent des spécialistes en provenance de France et d’Afrique, ainsi que des délégués de l’inter ordre des pharmaciens de Centrafrique (IOPC), de l’inter syndicats des pharmaciens centrafricains (ISPHARMC) et de l’association centrafricaine des centrales d’achats des médicaments essentiels (ACCME).

« Notre objectif est d’attirer l’attention des politiques, ainsi que partenaires au développement sur la nécessité d’une prise de conscience collective et individuelle, pour éviter de noircir davantage un tableau sanitaire de la Centrafrique qui n’est déjà pas très beau », a déclaré la présidente de l’IOPC, Mme Bernadette Baba.

La présidente de l’ISPHARMC, le Dr Apollinaire Gbaté, a appelé à la mise en place en Centrafrique d’une centrale d’achat des médicaments génériques pour lutter contre les médicaments contrefaits.

« Avec la mise en place des génériques, il n’y aura plus aucune excuse pour tolérer la présence des médicaments contrefaits, des vendeurs ambulants et autres médicaments dans la poussière », a affirmé le Dr Gbaté.

Le 4e forum pharmaceutique national s’était déroulé en 2005 à Berberati, la 2e ville de la Centrafrique, à l’Ouest du pays, avec la participation de 110 délégués dont 92 pharmaciens et professionnels de santé.

JLG/lmm APA 27-11-2007

© APA News

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article