République centrafricaine : première assistance aux déplacés internes de Kaga-Bandoro

Publié le par cicr.org

Pour la première fois cette semaine, le CICR a fourni une aide à quelque 6 500 personnes nav-top-logo.gifayant trouvé refuge dans la ville de Kaga-Bandoro, à 250 km au nord-est de la capitale, Bangui.
 

Ces personnes avaient fui leurs villages situés aux alentours de Kaga-Bandoro, suite aux affrontements de fin 2006 et début 2007 entre l'opposition armée du nord-ouest et les forces gouvernementales.

Ces déplacés vivent dans une grande précarité. Selon le chef de la délégation du CICR, Jean-Nicolas Marti, « la situation humanitaire en République centrafricaine reste préoccupante dans les régions du nord, en proie à la violence armée. Cet état de fait risque de s'aggraver à l'approche de la saison des pluies, qui rendra les conditions de vie encore plus précaires pour les personnes vulnérables ».

De fait, cette première assistance du CICR dans la région intervient à quelques semaines de la grande saison des pluies ; elle devrait permettre aux populations de disposer de biens de première nécessité tels que bâches, nattes, couvertures, savon, bassines et kits de cuisine. Réalisée en coopération avec les volontaires de la Croix-Rouge centrafricaine, cette opération va se poursuivre dans les prochaines semaines.

Avec l'ouverture, en avril dernier, d'une sous-délégation à Kaga-Bandoro, le CICR entend se rapprocher des populations victimes des violences armées, de manière à répondre plus efficacement à leurs besoins en matière d'assistance et de protection.

Outre ces activités, la délégation du CICR en
République centrafricaine, dont l’effectif compte 20 expatriés et plus de 60 collaborateurs recrutés localement, s'emploie à promouvoir et à diffuser le droit international humanitaire auprès des porteurs d'armes, des autorités politiques, des universitaires et des membres de la société civile, et ce, à travers tout le pays.

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article