La violence et l'instabilité menacent l'Afrique subsaharienne, selon une étude

Publié le par corus nouvelles

WASHINGTON (AP) - Sur la liste des pays les moins stables du monde, l'Afrique subsaharienne rafle les premières places : le Soudan, la Somalie et six autres États du continent figurent parmi les dix pays les plus vulnérables à la violence et où la situation est le plus susceptible de se dégrader, selon un rapport rendu public lundi.

Juste devant l'Irak, c'est le Soudan, en raison de la violence au Darfour, qui arrive en tête du classement des «États en faillite» dressé par le magazine Foreign Policy et le Fonds pour la paix, une organisation non gouvernementale (ONG) active dans la résolution des conflits.

La crise au Darfour a aussi nettement contribué à dégrader la situation dans les pays voisins que sont le Tchad (5e de ce classement) et la République centrafricaine (10e), qui ont accueilli par des dizaines de milliers les réfugiés soudanais.

«Les États les moins forts de la planète ne sont pas seulement un danger pour eux-mêmes», explique la présidente du Fonds pour la paix Pauline Baker, «ils peuvent menacer les progrès et la stabilité d'autres pays», y compris à plusieurs milliers de kilomètres, quand, comme au Soudan, la violence a des répercussions sur le marché du pétrole ou entraîne une émigration importante.

Les cinq autres pays africains figurant en tête des moins stables sont la Somalie (3e), le Zimbabwe (4e), la Côte d'Ivoire (6e), la République démocratique du Congo (7e) et la Guinée (9e).

L'Irak (2e) et l'Afghanistan (8e) sont, parmi les dix pays les moins stables, les deux seuls à ne pas être africains. Selon le rapport, leur présence prouve qu'il peut être inutile de dépenser des milliards de dollars pour l'aide humanitaire ou pour des opérations militaires en l'absence d'un gouvernement efficace, de dirigeants qui inspirent la confiance et de projets réalistes pour assurer la paix et le développement économique.

Le pays qui a connu la meilleure progression est le Liberia, en grande partie grâce à la stabilité apportée par l'élection d'Ellen Johnson-Sirleaf à la présidence en 2005. Après plus d'une décennie de guerre civile qui a fait plus de 200 000 morts, le pays connaît une croissance économique de 7 % et a démantelé ses milices armées. Il reste toutefois à la 27e place sur 177.

La croissance économique chinoise et une accalmie en Tchétchénie permettent à la Chine et à la Russie de sortir du groupe des 60 pays les moins stables pour atteindre la 62e place ex aequo.

La France se trouve à la 157e place, derrière les États-Unis (160) et la Suède, la Finlande et la Norvège, les trois pays les mieux classés. Le classement, qui prend en compte douze critères sociaux, économiques et politiques, a été établi à partir de 12 000 sources d'information.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article