Un célèbre journaliste congolais de Radio Okapi abattu par des hommes en armes à Bukavu

Publié le par congoplus


Image de lReporters sans frontières est choquée par l'assassinat, dans la soirée du 13 juin 2007, de Serge Maheshe, journaliste de l'antenne de Bukavu (Est) de la station parrainée par l'ONU Radio Okapi, tué par balles par plusieurs inconnus alors qu'il s'apprêtait à remonter dans son véhicule. "Un grand professionnel congolais, qui faisait honneur au journalisme dans ce pays martyrisé, a été assassiné hier soir à Bukavu. Serge Maheshe a été la victime d'un assassinat ciblé, perpétré par des hommes déterminés qui l'ont attendu pour le tuer. C'est pourquoi notre tristesse est mêlée de révolte.

Bukavu et le Sud-Kivu sont des zones dangereuses pour les journalistes, victimes du banditisme mais aussi de règlements de comptes politiques. Nous savons qu’il était menacé et qu’il craignait pour sa propre sécurité, ainsi que celle de sa famille. Nous prenons l’engagement de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour veiller à ce que ses assassins soient identifiés et punis", a déclaré l’organisation.

Selon les premiers témoignages, Serge Maheshe, journaliste et secrétaire de rédaction de l'antenne locale de Radio Okapi, a été tué le 13 juin aux environ de 21 heures, par deux ou trois hommes en vêtements civils, armés de fusils-mitrailleurs kalachnikovs, alors qu'il sortait du domicile d'un ami, dans un quartier résidentiel de Bukavu. Au moment où, en compagnie de son ami, il s'apprêtait à monter à bord de son véhicule, marqué du signe "UN" (Nations unies) dont dispose les journalistes de la radio pour se déplacer, les inconnus, qui l'attendaient, leur ont intimé l'ordre de lever les mains. L'un des agresseurs a demandé lequel des deux était Serge Maheshe. Le journaliste s'est identifié. Les hommes ont ordonné à son ami de partir et au journaliste de s'asseoir par terre, contre son véhicule. L'un d'eux a alors tiré une rafale de trois balles dans sa poitrine.


Serge Maheshe, 31 ans, travaillait pour Radio Okapi depuis 2002 et était devenu l'une des figures de la presse dans la région. Intègre, indépendant et d'un grand professionnalisme, il avait couvert toutes les crises traversées par l'est de la République démocratique du Congo (RDC), depuis la paix de 2002 aux élections générales de 2006. Radio Okapi, la station la plus écoutée de la RDC, est un projet commun de la Fondation suisse Hirondelle et de la Mission des Nations unies au Congo (MONUC).


Reporters sans frontières partage le deuil de son épouse, de ses deux enfants, de sa famille et de ses proches, ainsi que celui de tout le personnel de Radio Okapi et de la MONUC.

Publié dans L'AFRIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article